SITAmnesty

Samedi 15 mars 2008

Pétitions Internet : L’activisme en pantoufles

Filed under: Pétition inutile,Résistance — sitamnesty @ 14:47

gros plan sur les pantoufles USB spéciales pour activiste en pantouflesArticle Original : Internet Petitions, par Barbara Mikkelson
http://www.snopes.com/inboxer/petition/internet.asp
Traduction et adaptation : Le Blog du Cochon Hallal
http://grouik-grouik.org/9/2007/11/lactivisme-en-pantoufles.html

Ce qu’on en dit : signer et faire circuler des pétitions en ligne est un moyen efficace de changer les choses en ce qui concerne les sujets importants.

Ce qu’il en est : TOUT FAUX

Origines : Les années 2000 ont vu naître un nouveau phénomène Internet : la pétition internet, ou e-petition. Ces pétitions offrent le confort d’un exutoire instantané à ceux qui sont scandalisés par les derniers excès du monde. Elles les persuadent qu’ils vont changer le cours des choses simplement en ajoutant leur nom à un cahier de doléances. Funeste erreur, pour de nombreuses raisons.

En effet ces pétitions précisent rarement à qui elles s’adressent et ne sont en réalité rien de plus que des épanchements d’indignation. Crier son indignation c’est bien, mais Vox clamantis in deserto les cris n’avancent à rien s’ils n’atteignent personne en mesure d’intervenir. Une pétition qui ne dit pas clairement à qui elle est destinée peut certes valoir un petit quelque chose en tant que moyen pour ses signataires de donner libre cours à leurs angoisses existentielles, mais elle échoue lamentablement en tant qu’instrument de changement social.

Ceci reste vrai des pétitions qui disent clairement à qui elles s’adressent mais n’expliquent ni comment ni pourquoi leur destinataire est en effet bien en mesure d’intervenir et de changer les choses. Car il ne suffit pas d’adresser une pétition à quelqu’un, il faut que ce quelqu’un soit la bonne personne. Une pétition adressée à la mauvaise personne est aussi utile qu’une adressée aux quatre vents — les voix qu’elle colporte peuvent crier, elles seront sans effet.

Même les pétitions bien ciblées et bien préparées ont leurs problèmes. Au premier chef, qu’est-ce qui vous assure que quelqu’un, à l’autre bout, s’emploie à réunir et à collationner les signatures, et qu’il les fera vraiment parvenir aux destinataires une fois la pétition close ? La simple existence d’une pétition ne garantit pas que quelqu’un en fera quoi que ce soit une fois terminée.

Les pétitions ne sont pas les instruments de changement social que nous aimerions si fort croire qu’elles puissent être. Certes, une pétition accompagnée d’une foultitude de signatures peut impressionner, mais qu’est-elle en réalité ? La preuve tangible de l’existence d’un segment de l’opinion publique. Et ce segment n’influencera que ceux dont l’existence dépend de l’opinion publique — on songe tout suite aux hommes politiques. Les signatures ne sont pas des votes, et elles ne sont pas traitées comme tels par ceux à qui il revient de prendre les décisions difficiles de notre époque. Au mieux, la pétition sera perçue comme l’indication d’une certaine volonté publique, sans plus.

Les pétitions pour un monument à la mémoire des pompiers tombés au feu, ou pour que jeudi prochain soit déclaré jour national des arts du spectacle ont un petit espoir de succès, à la mesure de leur faible portée. Mais c’est une autre histoire quand la revendication se complique (« résolvons le problème des SDF en France ») car il ne suffit pas de désirer ardemment des solutions pour que les problèmes en accouchent par génération spontanée. Quant aux gouvernements étrangers, rares sont ceux qui se sentent obligés à changer les choses chez eux juste parce qu’elles dérangent des gens chez les autres.
Ce qui réduit d’autant les espoirs de réussite de ces pétitions qui dénoncent une situation hors de nos frontières (« Mettons fin au viol des enfants en Afrique du Sud »).

Bien que tout cela soit aussi vrai des pétitions à l’ancienne, couchées sur papier, que des cyber-pétitions modernes, remplies au clavier, ces dernières souffrent d’un handicap supplémentaire. Handicap inhérent à leur nature même, qui en réduit encore l’efficacité.

En effet, écrite à la main, chaque signature d’une pétition sur papier est aussi révélatrice de la réalité du signataire que s’il avait donné son ADN. On peut contrefaire une signature, mais pas des centaines sous peine de voir apparaître des ressemblances qui révèleraient vite la supercherie.

Rien de tel avec la pétition internet. Un seul et même individu peut très bien avoir produit la totalité des signatures car rien, dans chacune, ne différencie son auteur des autres. En outre, il n’est pas besoin d’être grand expert informaticien pour écrire en quelques minutes un programme apte à créer signature sur signature, chacune inventée, chacune composée de l’assemblage aléatoire des éléments requis par le formulaire de la pétition internet, que ce soit nom, prénom, âge, profession, ville, pays, ou toute autre combinaison. C’est même à la portée de tout programmeur avec un minimum d’expérience. Une fois écrit un tel programme il vous suffit d’appuyer sur une touche pour vous retrouver l’heureux propriétaire de milliers et de milliers de « signatures » sans vous être beaucoup fatigué.

La chose est si bien connue des décideurs qu’ils prêtent à peine plus d’attention à une pétition internet qu’à une feuille de papier vierge. C’est pourquoi les pétitions internet même les mieux rédigées, correctement ciblées, amoureusement distribuées, dont les instigateurs ont scrupuleusement vérifié chaque signature, se voient reléguées en fin de compte dans le même tiroir que toutes les autres pétitions moins soigneusement chaperonnées.

Mais alors, si la pétition internet type ne vaut pas même les pixels pour l’afficher… d’où vient cette vogue dont elle jouit ?

Dans notre monde assailli de problèmes complexes dont les solutions requièrent d’énormes quantités de temps, d’argent et d’engagement, la pétition internet procure un soulagement bienvenu car elle simplifie tout. Songez donc, elle vous confère le pouvoir de résoudre ces problèmes !
Et d’un simple clic de votre souris par-dessus le marché !

En voilà l’attrait. Grâce à la pétition internet, le sentiment d’impuissance et d’incapacité à maîtriser les évènements qui se jouent sur une échelle démesurée se trouve remplacé par la certitude qu’un véritable changement va voir le jour sans plus d’effort qu’il n’en faut pour taper quelques lettres sur un clavier, juste assez pour afficher votre nom sur une liste grandissante de cyber-activistes tout aussi engagés que vous. Par la baguette magique de la pétition internet ceux qui se sentaient relégués en touche sont transformés en de puissants agents de changement social. De quoi vous monter à la tête.

Mais ce n’est qu’illusion.
La pétition internet n’est en réalité que le dernier avatar de l’activisme en pantoufles, cette quête de l’auto-satisfaction ultime tirée du sentiment d’être venu au secours de la société sans avoir eu besoin de se salir les mains ni d’investir de son temps ou de son argent.
Ces dernières années ont vu de curieux appels à l’aide. Tantôt il s’agissait d’aider un bambin leucémique à collectionner le plus possible de cartes de visites pour lui permettre de figurer dans le Guinness Book of Records avant de mourir, tantôt c’est un message qu’il fallait diffuser le plus largement possible car une grosse société avait soi-disant promis de verser, à chaque message ainsi relayé, quelques centimes pour soigner un enfant mourant. C’est encore l’activisme en pantoufles qui en a poussé beaucoup à répondre à ces appels, dont on soupçonne sans jamais trop le savoir qu’ils étaient des canulars.

C’est encore et toujours l’activisme en pantoufles qui nous pousse à boycotter telle compagnie pétrolière ou à éviter d’acheter de l’essence un certain jour de la semaine — c’est tellement plus facile que de réduire systématiquement sa consommation personnelle en conduisant moins ou en prenant les transports en commun.
Et éteindre vos lumières et vos appareils ménagers pendant cinq minutes un jour par an est bien le fin du fin de l’activisme en pantoufles.
Cet activisme là se présente sous bien d’autres formes encore mais notre but ici était d’en offrir seulement quelques exemples et non pas d’en établir une liste définitive.
De quelque manière qu’il se manifeste, la caractéristique clef de l’activisme en pantoufles, son thème central, c’est faire de « bonnes actions » qui ne coûtent pas cher en temps, en argent ou en efforts. Aider à collecter des cartes de visite, relayer des messages, boycotter et appeler au boycott, signer des pétitions internet.

Les pétitions internet satisfont ainsi le besoin que nous avons tous de faire le bien et d’atténuer ce sentiment de culpabilité tenace qui nous dit que nous devrions faire quelque chose de concret pour améliorer le monde où nous vivons. En tant que telles les pétitions internet remplissent un rôle d’exutoire — ceux qui « signent » ces messages éprouvent un sens d’accomplissement personnel allié à la sensation réconfortante d’être venus au secours de la société.
Cette « bonne action » donne un double sentiment d’accomplissement. Il y a d’une part la signature — elle sert une cause louable, c’est une bonne action en soi. Il y aussi l’action elle-même de signer — elle sert l’amour-propre du signataire. Voilà pourquoi les pétitions internet c’est sexy. Qu’importe qu’elles n’aient pas le moindre espoir d’aider à réaliser leurs buts déclarés, elles nous donnent une occasion de nous féliciter d’avoir « fait quelque chose » au lieu de continuer à nous sentir coupables de ne rien faire.
Il importe finalement peu qu’elles accomplissent ou pas quelque chose. Nous nous imaginons avoir pris part à quelque chose de louable et nous avons donc une meilleure opinion de nous-mêmes : c’est tout ce qui compte à nos yeux.

Les pétitions internet étant à la mode, plusieurs sites Web sont apparus pour répondre à l’intérêt qu’elles suscitent. L’existence de ces sites ne donne pas plus de crédibilité à l’humble pétition internet qu’elle n’en avait déjà, ni ne lui confère plus de pouvoir à provoquer du changement. L’existence de ces sites (même les mieux conçus et les plus impressionnants) ne change absolument rien aux défauts inhérents des pétitions internet. Quiconque serait tenté de confondre l’apparence de la légitimité avec la légitimité elle-même ferait bien de se souvenir que plus d’un gogo s’est fait gruger des économies de toute une vie par un beau parleur avec un impressionnant papier à en-tête, installé dans un luxueux bureau apparemment bien pourvu en personnel. L’habit ne fait pas le moine.

Nous ne vous donnerons pas d’opinion sur la légitimité de tel ou tel site (c’est-à-dire si les pétitions qu’il abrite sont réellement envoyées à ceux auxquels elles se disent destinées et si toutes les « signatures » données par les visiteurs leur sont vraiment jointes). Posez plutôt ces questions directement aux sites eux-mêmes. Nous préférons attirer l’attention de nos lecteurs sur un autre aspect de la question qu’ils ne prendraient peut-être pas en considération sans cela.

Nombre de ces sites comportent des bannières publicitaires qui sont autant de sources de revenus pour leurs opérateurs. Cela signifie que chaque fois que quelqu’un vient y lire ou y signer une pétition, les propriétaire du site encaissent un revenu. Cela a lieu qu’il s’y trouve ou non une pétition véritable, que les pétitions soient envoyées ou non à leurs destinataires désignés, que les « signatures » soient ou ne soient pas recueillies et jointes aux pétitions, que seules les « signatures » vraiment recueillies soient jointes, et non d’autres fabriquées par les propriétaires du site. Un site de pétition complètement frauduleux rapportera de l’argent à ses propriétaires tout autant qu’un site scrupuleusement honnête car son revenu est fonction du nombre de ses visiteurs, et non pas du nombre de pétitions remplies et effectivement envoyées à leurs destinataires désignés, ni de l’efficacité de ces pétitions.

Certes, nombre de sites (pétitions internet ou autres) comportent des bannières publicitaires. Certes, les revenus tirés de celles-ci sont souvent tout ce qui leur permet de rester ouverts. La présence de publicités ne préjuge rien quant à la qualité ou à l’intégrité du site, mais le fait que ces publicités soient présentes devrait être pris en considération quand on s’interroge : « La raison d’être de ce site est-elle bien celle que j’imaginerai s’il n’y avait pas ces publicités ? »

Quoi que l’on puisse dire d’autre sur les cyber-pétitions (et nous en avons dit beaucoup jusqu’ici), elles servent parfois un but réel et valable : celui d’outils efficaces pour faire connaître aux gens des situations dont ils n’auraient pas ou peu connaissance autrement. Par exemple, dans les jours précédant l’attentat du 11 septembre et la guerre qui s’ensuivit contre les talibans, une cyber-pétition dénonçant la condition des femmes en Afghanistan oeuvra à éclairer beaucoup de gens sur ce qui se passait là-bas. Que sa prémisse (« Si seulement les talibans savaient que ce qu’ils font est mal, ils arrêteraient ») ait été épouvantablement fausse ne change pas le fait qu’elle ait contribué à informer les gens.

Bien sûr, ce même but, louable, serait mieux servi en faisant circuler sur l’Internet des analyses et des articles documentés. Cela au moins n’encourage pas ce climat grandissant d’activisme en pantoufles et d’illusion d’un changement social durable acquis sans effort au prix d’une participation qui ne coûte rien.

Nous encourageons ceux qui veulent jouer les redresseurs de torts à utiliser leur clavier pour composer de véritables lettres à leurs représentants ou à qui il leur semble opportun de contacter sur tel ou tel sujet. Les vraies lettres, celles écrites avec ses mots à soi et envoyées par la poste, reçoivent beaucoup plus d’attention que les circulaires (ne parlons même pas des pétitions). Ceux qui sont résolus à se faire entendre ne devraient pas l’oublier. Oui, l’effort nécessaire est bien plus grand.
Mais c’est justement ce qui fait toute la différence.

Nous vous proposons une alternative à la lettre écrite par vous et envoyée par la poste par vous, c’est la lettre écrite par nous mais envoyée par la poste par vous, tinyurl.com/D95PA9. Ca marche, comme en témoignent les articles de presse tinyurl.com/C44RVR que nous avons obtenus grâce à vos envois.

(A propos des pétitions internet, voir aussi : tinyurl.com/C86GCH)

Publicité
pantoufles USB spéciales pour activiste en pantoufles / USB Warm Slippers (Brown) - Price per Unit (piece): $38.00 - $29.50 - You Save: $8.50 - Ask a question about this product - Availability - In Stock: 5 - alt - This new version has a precise temperature controller and its heater reaches higher and more comfortable temperatures than the previous version of the same product. - Of course it would be easier to sit in front of a heater to keep your feet warm, but it's not easy to do that at work. Cold feet slow your blood circulation, and that would weaken your concentration as well. So, why don’t you try these great USB Heating Slippers Dual 2008 to help you feel comfortable at work and ensure you can perform at your best! - This device uses no naked flame, so it's very safe. Instead, it uses a USB connection to heat the slippers. Each slipper has an individual cord, so you can cross your legs if you like! - It's very easy to use this device. You're set to go once they're connected to computer USB ports. - Yes, you need two USB ports to use these heated slippers, but that allows you to keep your legs free to move around without interference. - USB connections make it easier to gain access to a power source rather than using a regular outlet. They'll start heating up as soon as they're connected to the USB ports. - 2008 version Heating Slipper Dual has a precise temperature controller! You can control the temperature by setting the switch to ON (Low), OFF (Off) and ON (High). It also comes with a dial style controller that you can use when the main switch is on either Low or High. You can set the temperature exactly how you like. You can cut the power off by turning the switch OFF, so you don’t have to disconnect the cord each time. - We've changed the heater to a new version which supports higher temperatures than the previous version. - The previous version was made with carbon fiber. But this new 2008 version is made with an extra thin aluminum heater! - Despite the thin model, it has more functions, and supports higher temperatures than the previous version. - The heating panels can be separated from the slippers by simply unzipping the side of each slipper and removing them from the inner pockets, so you can wash the slippers without worry. - You can even put them in your own shoes! That way you can use them without anyone knowing the difference. - The USB Heating Slippers Dual 2008 run by the USB power source. - alt - If you use it with the “USB AC Charger,” the usual outlet becomes two USB ports so you can use them anywhere without a computer. Wouldn’t this item be great for this coming winter? - This “USB AC Charger” has two USB ports, so you can charge both slippers by one outlet. - Supported System : Windows and Macintosh with USB ports - Power : Powered by USB connection - Temperature (with USB connection) : - Low:28?~33? (82.4F -91.4F) High:31?~44? (87.8F – 111.2F) - This data was taken in a room temperature of 77F. It might vary depend on the room temperature. - Cable : USB cable (including controller) : Approximately 65 inch - Material : Heater:Aluminum heater Slippers: Polyester - Size : They'll fit foot sizes up to 10.6 inch, but since they're made in the style of a slipper, this one size will accommodate anyone’s feet. - Click here to download High Resolution pictures for press purpose. - Please credit RareMonoShop.com for all editorials.
PS : cliquer dans l’image, c’est une publicité pour de VRAIES pantoufles USB ! [archive]

Leïla Bekhti, il va falloir comprendre…

Filed under: (dés)intégration — sitamnesty @ 10:07
Dhimmitude – Terrorisme intellectuel Erreurs de casting

mardi 7 novembre 2006

Leïla Bekhti, il va falloir comprendre…

…que la France n’a PAS vocation à devenir une république islamique, pas même en rêve, et qu’il n’est pas bon pour l’avenir d’une jeune comédienne de participer à des films qui relèvent d’une propagande que Joseph Goebbels lui-même aurait saluée.

Vous avez donné une interview à un magazine TV qui montre de votre part une parfaite ignorance de ce qu’est l’islam, de ses tenants, de ses aboutissants et de ce qui se joue actuellement pas seulement en France mais dans toute l’Europe. Alors, pour votre bien, je vais me permettre de vous remettre sur la voie de l’intégration, parce que vous tutoyez dangereusement les limites du déraillement. Vous êtes bien mignonne mais, concernant l’islam, vous êtes d’une naïveté confondante. Peut-être devriez-vous éviter de vous laisser enfermer dans des personnages qui ont un coran en guise de cerveau.

Et d’abord, une précision : comment ai-je obtenu l’adresse où vous recevez cette lettre ? C’est très simple : Dans votre interview sur le site internet http://www.ecranlarge.com/interview-247.php [archive] vous donnez le nom du magasin que vous tenez avec votre frère et votre soeur ainsi que la ville où il se trouve. Une simple consultation de l’annuaire avec ces deux informations donne l’adresse où vous écrire.

Revenons à ce que vous avez déclaré au sujet du téléfilm « Pour l’Amour de Dieu » diffusé de 22h45 à 00h20 sur Arte, le 7 novembre 2006 : On a évité les clichés sur l’islam, et voyons voir ça de plus près…

Meriem a choisi de porter le voile : toutes les musulmanes font ce choix librement, c’est bien connu… Et dans les pays officiellement musulmans où les femmes doivent OBLIGATOIREMENT se cacher sous un rideau portatif, selon vous, elles ont aussi fait librement ce choix de l’enfermement ambulatoire ?

Vous allez me baragouiner la propagande officielle, à savoir que ces pays ne représentent pas le véritable islam, et patati et patata… On voit bien que vous n’avez jamais ouvert le coran et que vous vous contentez de répéter (déformation professionnelle) toutes les âneries politiquement correctes officielles. Le nuage de Tchernobyl s’est arrété à la frontière et l’explosion d’AZF-Toulouse est un accident chimique…
Consultez donc un coran, chapitre (sourate) XXXIII (33), verset 57 (ou 59, cela dépend des éditions). Voici ce que vous lirez : 0 Prophète ! prescris à tes épouses, à tes filles et aux femmes des croyants d’abaisser un voile sur leur visage. (ou autre formulation équivalente, selon les traducteurs). Porter le voile est un ORDRE DIRECT, à l’impératif. Il n’y a PAS de choix à faire. Le coran l’ordonne. POINT. Et les musulmans qui disent le contraire ne sont que des bonimenteurs sachant très bien que ne pouvant (pour l’instant) pas, en France, forcer les femmes à appliquer le coran, ils doivent tout faire pour cacher la vérité, jusqu’a ce qu’ils puissent CONTRAINDRE PAR LA FORCE toutes les femmes à appliquer les ordres du coran. Ce qu’ils font effectivement dans les pays où ils peuvent le faire ! C’est aussi simple à comprendre que de trouver votre adresse.

Vous avez aussi déclaré : la religion [musulmane] est synonyme de liberté. Reprenez donc le coran, où se trouvent tous les préceptes de cette religion « tolérante » que vous défendez, et voici un avant-goût de la liberté que le coran vous réserve :
Sourate IV (4), verset 38[34] : Les hommes sont supérieurs aux femmes (…). Les femmes vertueuses sont obéissantes et soumises (…) Vous réprimanderez celles dont vous aurez à craindre l’inobéissance ; vous les reléguerez dans des lits à part, vous les battrez (…)
Et il y en d’autres similaires. La propagande affirme qu’il y en a d’autres qui disent le contraire… mais cette propagande évite de révéler qu’ils ont été abrogés et ne restent là qu’afin de pouvoir berner les idiot(e)s utiles.

Au fait, savez-vous pourquoi donc, selon le coran, les femmes doivent se cacher le minois ?
Reprenez la sourate XXXIII (33), verset 57 (ou 59). Voici la fin du verset : [le voile] sera la marque de leur vertu et un frein contre les discours du public.
Selon le coran, les femmes non-voilées n’ont pas de vertu, ce sont des trainées, et puisqu’elles refusent délibérement de porter ce « frein contre les discours du public » alors elles sont responsables de ce que le public leur fera. Voilà ce qu’affirme le coran, et c’est très exactement ce qui se passe pour les femmes non-voilées dans les quartiers musulmans « sensibles ».

Vous avez encore déclaré : La question du voile n’est pas un problème en soi. C’est le regard des autres qui est un problème. Et hop, encore un petit coup de « je rabâche la propagande » : les musulmans sont tolérants, ce sont les non-musulmans qui sont intolérants. La question du voile de la nudité en public n’est pas non plus un problème en soi. C’est le regard des autres qui est un problème. C’est vrai quoi : se ballader tout nu est interdit, quelle intolérance… Que dites vous ? Il y a des gens qui n’apprécient pas d’être obligés de voir des gens tout nus ? Hé bien figurez vous qu’il y aussi des gens qui n’apprécient pas de voir des fatma clamer silencieusement que les non-musulmanes sont toutes des salopes, ceci en arborant ce « voile de tolérance » dont vous faites la promotion !

Vous avez propagé le mensonge « voile = liberté = tolérance » en jouant le rôle principal dans ce téléfilm « Pour l’amour de Dieu » et dans vos déclarations lors de cet interview. Vous ne saviez pas ce qu’il en était vraiment. Vous êtes pardonnée.
Par contre maintenant vous savez.
Si vous continuez à collaborer avec la propaganda staffel de l’islamiquement correct, ce sera désormais en connaissance de cause et de conséquences.

Un dernier détail : Vous avez sans doute vu le film INDIGENES et vous êtes forcément sincèrement persuadée qu’ils ont combattu le nazisme. Vous connaissez l’un des acteurs, Roschdy Zem, puisque vous avez joué sous sa direction dans Mauvaise foi qui va sortir début décembre. Je vous invite à visiter les sites internet http://aval31.free.fr/ et http://photospalestine.free.fr/ (Vous allez tomber du haut de vos 22 ans…) puis a en discuter avec Roschdy Zem qui a lui aussi été informé de même par courriers similaires (chez Artmedia) et ce depuis bien avant la sortie du film. A quand un Indigènes II, seitens des Deutschen* ?


Imprimez cet article (un recto-verso) et envoyez le à Leïla Bekhti, à l’adresse que vous trouverez selon la méthode indiquée dans le texte. Vous pouvez y joindre un tract recto-verso de présentation de l’islam pour contribuer à lui ouvrir ses jolies mirettes.

* côté Allemand

Chico Ray
chicoray@bigfoot.com

Source : http://www.france-echos.com/imprimer.php?cle=10789

Thème Rubric. Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 210 autres abonnés