SITAmnesty

Vendredi 21 août 2009

Les conseils de CARLA pour bien la baiser et la faire jouir

Classé dans : Interlude — sitamnesty @ 00:16

 Les conseils de CARLA pour bien la baiser et la faire jouir - Interlude sitamnesty - Bon, par où commencer ? Tiens, je vais te faire un lexique commenté des différents aspects de la chose. Au fur et à mesure de nos rencontres tu pourras ajouter de nouvelles définitions à celles existantes et les trier pour obtenir un ensemble cohérent (Clever isn’t it ?) Les termes soulignés renvoient à une autre définition, plus complète.Bon, par où commencer ? Tiens, je vais te faire un lexique commenté des différents aspects de la chose. Au fur et à mesure de nos rencontres tu pourras ajouter de nouvelles définitions à celles existantes et les trier pour obtenir un ensemble cohérent (Clever isn’t it ?)
Les termes soulignés renvoient à une autre définition, plus complète.

Baiser (le)
Un domaine indirectement lié à la sexualité mais que je pense utile d’aborder.
Il est quasiment impossible (sauf dans le cas des putes, pour qui c’est exclu) de passer dans le lit d’une fille sans l’avoir préalablement embrassée. Ce n’est pas obligatoire bien sûr, c’est juste une suite logique, l’un amenant l’autre.
Le bisou (chaste) sur les joues ne signifie presque plus rien aujourd’hui, je suis toujours étonnée de voir le temps que les gens passent à se "sucer le cornet". C’est juste après la poignée de main, un signe de reconnaissance, un peu comme les chiens qui se reniflent le derrière.
Le bisou marqué (cou, nuque, paume des mains, épaule ou bras) lui, correspond à certaines périodes de la cour. Il dénote un degré d’intimité beaucoup plus grand, et un certain romantisme. Rien n’est fait, mais on est sur la bonne pente.
Le smack sur la bouche ne devrait pas te concerner pour l’instant, il correspond à un degré d’intimité dans un couple (marié ou non) qui par pudeur ne se décroche pas les amygdales en public. On le trouve aussi chez des ex qui ont gardé de la tendresse l’un pour l’autre.
Le baiser sur la bouche (sans la langue) est la première étape d’une drague manifeste. On n’a pas l’intention d’en rester là, on pose ses premiers jalons. ATTENTION, ça ne veut pas dire que c’est gagné, il faut y aller mollo, par touches délicates, lui tenir les mains puis les épaules, la laisser respirer de temps en temps. Dernière étape : la pelle. A ma connaissance il n’existe pas de fille acceptant ou faisant une langue fourrée sans être prête à aller plus loin. Par ce geste, elle t’indique sa disponibilité et son désir sexuel. Ce n’est pas un geste innocent qui arrive par hasard (on se tient la tête, on s’enlace, les jambes se mêlent si on est assis, les mains ont tendance à s’égarer sur les seins, puis les genoux, puis les cuisses, puis sur … … … yargl gargl, mais il me fait carrément mouiller ma culotte çui-là, bouge pas je vais me changer !)

Cavalière
La reine des positions. Vraiment. Inverse du missionnaire puisqu’ici l’homme est allongé sur le dos et la femme vient le chevaucher. Je vais résumer les avantages, tant il sont nombreux.
La femme peut sucer l’homme, puis en remontant lentement maintenir l’excitation avec ses seins, puis venir comprimer Popaul avec sa touffe avant de s’empaler dessus. Vous n’avez quasiment rien à faire, nous regarder, nous embrasser, nous caresser les seins, les hanches, le cou, le clito, les cheveux, nous glisser des mots doux, on s’occupe du reste. Du rythme, du degré de la pénétration, de l’angle, de tout vous dis-je mon bon monsieur.
C’est de loin ma position préférée et je ne suis pas la seule. (Bon je pars changer de petite culotte à nouveau).
Il y a des hommes qui n’aiment pas trop, car ils se sentent dominés. Foutaises. Le sexe n’est pas la domination de l’un par l’autre, mais la recherche d’un plaisir mutuel.
Tout petit inconvénient (mais vraiment tout petit) l’homme n’arrive pas toujours à éjaculer dans cette position, s’agit-il d’une histoire de compression, de position, ou de soumission, je n’en sais rien. Je n’ai jamais pu obtenir de réponse valable. Mais ce n’est pas grave, il suffit de changer de position, une levrette par exemple, pour continuer à prendre son pied et sentir son chéri se libérer.
Ma note 19,5/20 (à cause du léger inconvénient).

Clitoris
Il s’agit sans nul doute d’un des plus grands mystères pour l’homme. Où qu’il est ? (Là… mais si, là !), à quoi ça sert, qu’est-ce qu’on en fait ?
Pour résumer, le clitoris correspond en gros chez la femme, au sexe chez l’homme. Il s’agit de la seule partie érectile (dans une certaine mesure), et il se niche en haut des petites lèvres. Extrêmement sensible, il peut déclencher un plaisir autant intense que violent. Attention toutefois, la frontière séparant la plaisir, de l’irritation (donc du déplaisir) et très mince. Sois par conséquent particulièrement attentif aux réactions et indications de ta partenaire. Tu peux le sucer, l’embrasser, le lécher, évite de le mordiller toutefois. Lorsque nous sommes excitées, il a tendance à se gorger de sang (d’où le rapport à la quéquette) et à se montrer tout seul comme un grand.
Ne néglige jamais ce p’tit gars qui pourrait devenir ton meilleur allié lors de la conquête sexuelle d’une dame. Son principal inconvénient : il est parfois délicat pour l’homme de s’agenouiller entre les cuisses de la dame pour une séance observation, prise de notes. Il doit donc se documenter en direct pendant une gâterie (un cunnilingus, pardon mon cher).
A l’occasion de tes cours particuliers, tu auras l’occasion de t’instruire et de l’observer tout à loisir sans te gêner.

Confidente
Position accessibles aux seules gonzesses qui ont un cul bien fendu. La coquine s’allonge sur le côté, les fesses bien offertes. L’homme s’allonge contre elle et vient l’embrocher par derrière. Tout en la tenant dans ses bras, il peut lui caresser les seins, lui embrasser la nuque, un vrai bonheur. Peut également être un agréable prélude à la sodomie.
Ma note 18/20.

Cris, dialogues et chuchotements
L’amour est-il un acte silencieux ? Une fois de plus, il n’y a pas de règle générale. Il y a ceux que ça gêne, ceux qui sont décontenancés, ceux qui n’osent pas, ceux qui en font trop.
Détaillons les différents cas de figure.
S’écrier pendant le coït "Alors tu l’aimes ma grosse queue, hein salope !" est plutôt à déconseiller lors d’un premier rapport. Sauf, bien entendu si on aime recevoir des coups de lampe de chevet sur la tête. On peut me dire ça, dans le pire des cas j’explose de rire, et l’effet attendu a foiré sans conséquence néfaste, mais cela peut aussi m’exciter. Attention, cela ne veux pas dire qu’une fille très chaude et libérée aime ça, mais ça peut l’exciter si son amant vient de la faire jouir une dizaine de fois consécutives.
Que dire d’autre ? Eviter les rapports à l’amour le vrai, un "Comme je t’aime…" peut appeler un "Moi ou mon cul ?" en réponse, mais certains commentaires du genre "Mmmh, que t’es bonne", "Comme tu me fais du bien" ou autres compliments non gras seront généralement bien accueillis.
Eviter a tout prix les bavardages du genre "Tu sais pas ce que m’a dit ce con de Martin, tu sais le mec de F.O., en pleine réunion syndicale ?" ou "Tu te rends compte, deux semaines pour que le garagiste reçoive le filtre à air de ma deuche, ça fait long".
J’évoquais dans une autre définition, l’usage des conseils au partenaire, attention, ça ne doit pas devenir la lecture du guide Michelin du genre "Dis-donc Ginette, ça serait bien que tu me décalottes avec la bouche tout en roulant ta langue autour de mon gland, pendant que de la main gauche u me caresses les couilles et que de la main droite tu …" Trop c’est trop.
Ne pas hésiter par contre à gémir ou à manifester oralement son contentement. Tu sauras très vite trouver le juste milieu toi même.
Une anecdote pour finir. Lors d’une partie de jambes en l’air, un ami est parvenu à me faire jouir de façon particulièrement bruyante (je suis en règle générale assez démonstrative). Mais là c’était Too Much, je criais, je grognais, je secouais la tête. Je vivais un orgasme à répétition. Carla, elle pétait carrément les plombs. Et d’un seul coup, v’la ti pas que je sens le pauvre Laurent qui devient tout mou. Je me retourne et je vois son air désabusé l’air de dire "C’est moi qui te fait ça, ou tu simules ?"

Cul bien fendu
Notion importante, car elle permet de pratiquer ou pas certaines positions. Une simple description et tu vas comprendre.
C’est tout con, c’est morphologique, certaines filles on l’abricot bien en arrière, généralement charnu et avec la fente visible de l’arrière. Dans le répertoire Bibliothèque de Fantasees, va dans BottomsUp et consulte les photos BUM135 (exemple de cul pas fendu) et BUM161D (ou tu vois un cul carrément bien fendu). Il n’y a pas à avoir de préjugés, c’est bêtement une question de physique qui permet l’accès ou non à certaines fantaisies (tiens puisque je regardais les photos des nénettes et en attendant qu’on me prête un scan, pour t’envoyer mon portrait, j’ai un physique qui ressemble comme deux gouttes d’eau à miss BUM145, mis à part le visage, je trouve le mien moins chevalin).

Fellation
Une pipe quoi ! Soyons clairs, l’homme qui n’aime pas se faire sucer n’existe pas à priori. Comment obtenir cette friandise, bien en profiter, faire qu’on te la propose à coup sûr ?
Tout d’abord, ne jamais rien demander. Le "tu me suces le kiki ?" avec yeux langoureux et la bébête tendue vers la bouche de la dame me semble terriblement culcul. Tu n’affronteras peut-être pas un refus, mais cela sera-t-il fait de bon coeur ? Laisse la dame proposer, c’est tellement meilleur. Mais la ruse existe, tu peux organiser un 69 impromptu. Au lieu de t’accroupir entre les genoux de fifille, allonge-la sur le coté et occupe toi de son frifri. Comme tu es parallèle à son corps, elle va bien ouvrir les yeux entre deux gémissements, et apercevoir ton pauv’ Popaul tout tendu. Elle n’aura plus alors qu’à entrouvrir les lèvres et à te prendre dans sa bouche (pas bête, non ?).
Bon revenons à la pipe. DETAIL HYPER IMPORTANT : L’HYGIENE. Je suis convaincue que tu es un garçon très propre et qu’à Toulouse vous pouvez obtenir du savon sans bon de rationnement, mais la moindre odeur suspecte aura pour conséquence d’en décourager plus d’une (moi y compris). Alors on n’économise pas le savon. Oublions au passage le dicton des mamâles qui dit qu’il faut éviter de se laver la queue la veille d’un rendez-vous galant. N’importe quoi !
Laisse la fille décider du déroulement des opérations, ça n’est pas la peine d’essayer de lui enfoncer 3 kilomètres de bite dans la bouche si elle veux s’en tenir au gland. La raison est simple, c’est comme le docteur avec son bâton en cas d’angine, s’il va trop loin, tu chopes un haut le coeur. Tu peux par contre la guider (en fonction de votre intimité et de votre complicité) à te sucer ou à te lécher le gland de telle ou telle façon. Après tout elle te suce pour ton plaisir.
On peut associer à ces jeux différentes subtilités (confiture et autre, ou simplement… de l’eau chaude, disponible à foison lors d’une douche ou d’un bain notamment).
Dernier point important : ON PREVIENT QUAND ON VA GICLER ! En fait, la dame va-t-elle avaler ou pas ? La première giclée (la plus puissante) peut surprendre la dame qui risque de s’étouffer, avaler de travers, bref le cauchemar. Elle n’aime peut-être pas le goût du sperme (c’est souvent le cas), il est donc utile de prévenir ta titine au moment utile. Si elle te regarde droit dans les yeux tout en continuant à te sucer, c’est qu’elle est d’accord pour te prendre dans sa bouche, vas-y crache la purée ! Si elle n’aime pas elle pourra te laisser au choix gicler sur son visage (certaines trouvent cela dégradant ou craignent d’en prendre dans l’oeil), sur ses seins (c’est très fréquent et vous aimez généralement ça) ou dans le vide.
Une technique que j’emploie parfois, si je n’aime pas le goût du sperme de monsieur, consiste à le laisser venir dans ma bouche sans avaler et à le laisser couler hors de ma bouche en déglutissant tout en continuant à le sucer (mon dieu comme cela a l’air technique…). L’ego du monsieur est satisfait, j’ai pas mal au coeur, tout le monde est content.
L’usage de la capote devenant de plus en plus systématique en cas de pipe, ce dernier problème ne se pose pas dans ce cas. Sans être inconsciente (loin de là) les dangers de contamination par fellation sont quasi inexistants (sauf en cas de blessure dans la bouche, si la copine est toxico ou séropo, dixit ma soeur, consciente de mes moeurs libertines).
La plupart des derniers conseils deviendront utiles en cas de relation stable lorsque le préservatif ne sera plus obligatoire.

Lampe de chevet
Amour dans le noir, ou avec lumière ?
Commençons par dire qu’il n’y a pas que les lits dans la vie. Certes c’est plus confortable, mais la liste des lieux possibles est longue. Sauf si ta timidité physique est surnaturelle, évite tant que possible le noir absolu. Ambiance sympa et cosy, mais faut se voir. C’est sympa de voir une fille jouir, non ? De contempler son corps, la fine pellicule de sueur qui recouvre ses reins…

Lèvres
Celles de notre foufoune, rien à voir avec la bouche.
A quoi servent-elles ? A rien si ce n’est à protéger notre intimité.
Sont-elles sensibles ? Pas vraiment. Elles dissimulent notre fente et notre clito, c’est tout.
Encore un sujet sur lequel tu pourras te pencher à loisir lors de ta venue à Paris.

Levrette
"Doggy style" en anglais. L’une des meilleures positions qui soit, la fille saura se mettre dans la position qui lui convient, vraiment accroupie, à plat ventre les fesses relevées, etc. Elle permet tous les rythmes, de la pénétration en douceur au pilonnage intensif, te permet de voir coulisser ta queue dans la fente (surtout si la fille a un cul bien fendu), généralement ça vous excite. Tu peux saisir la fille par la taille et lui pétrir les hanches (ça nous rend folles, promis), tu peux commencer à préparer son petit trou, et y passer directement en cas d’accueil favorable. C’est sans aucun doute la position dans laquelle une fille jouit le plus rapidement et le plus efficacement. Explication : une quéquette qui bande a tendance à remonter, non ? Eh bien, en levrette elle vient d’abord frotter contre la face interne avant de notre vulve, siège de toutes les terminaisons nerveuses et notamment du mythique Point G.
Seul inconvénient, on ne peut pas se regarder (gare au torticolis).
Ma note 18/20.

Lieux possibles
Le lit c’est bien, c’est confortable, de nombreuses positions y sont possibles, mais il y a d’autres endroits.
Sans tomber dans l’escalade qui consiste à baiser n’importe où, et plus particulièrement dans les endroits les plus farfelus, on peut trouver dans un appartement ou dans la nature (sous-bois, pré, plage) des endroits très propices aux câlins.

Masturbation (avant ou si coït pas possible)
Même si j’ai déjà évoqué cela dans autre définition (je tape d’abord, je fais le tri ensuite), tu peux et tu dois te toucher le Zboub devant une fille. Pas à la fédé durant une pause café, mais dans l’intimité d’une relation. Moi j’adore, quelle preuve mignonne qu’un mec me désire. Il est probable que ta belle en jouera : petit strip-tease au salon, long effeuillage dans la chambre avant de passer au lit ou sous la douche.
Une fois de plus, il ne s’agit pas de passer la journée la queue à la main, mais de pimenter de temps à autre la situation.
C’est d’autre part un soulagement que ta belle pourra t’apporter pendant ses règles (même si pendant ses règles, elle ne doit pas oublier, qu’elle a une bouche et un trou du cul, mais cela dépend en pratique des demoiselles).

Masturbation (pendant)
Nombre d’hommes sont persuadés qu’ils ne doivent pas toucher leur queue en présence d’une femme. Fierté mal placée. Quel mal y-a-t’il lors d’un break ou d’un changement de position à se branler 2 ou 3 secondes pour consolider une érection quelque peu défaillante ?
C’est plutôt flatteur de voir que son ami a l’intention de t’enfiler avec une biroute bien raide plutôt qu’avec un spaghetti ramollo. Non ?

Missionnaire
L’une des positions les plus connues, et cependant la moins amusante, la moins performante, et à mon sens la plus chiante prise dans son acception classique (à savoir madame allongée sur le dos cuisses écartées, avec monsieur qui fait ses pompes entre ses jambes)
Ma note 1/20.
Tu peux rien faire comme ça, juste coulisser. Si l’homme ne s’appuie pas sur ses deux bras il finit par écraser madame (sauf si c’est un cador qui a l’habitude des pompes sur un bras), et donc il ne peut ni caresser ni toucher sa partenaire. Tu parles d’un pied !
A éviter si tu veux passer pour un amant performant. Par contre il existe des variantes à utiliser dans le feu de l’action. Profitant d’un changement de position, il existe deux variantes en fonction de la souplesse de madame.
1: Tu la mets sur le dos et la plie en deux comme pour lui faire toucher sa tête ou le mur derrière avec ses pieds. Tu peux ainsi la pénétrer profondément (Note : il faut qu’elle soit très chaude et que ta queue soit en béton à ce moment-là, l’intérêt de cette variante est de lui "pomper la chatte" énergiquement et de lui procurer un orgasme assez violent).
2: Si elle n’est pas assez souple, position de repli : même chose avec les jambes écartées façon grand écart ou repliées autour de toi.

Orgasme (nombre et qualité)
Voilà notre principale différence. L’homme éjacule, manifestation physique de son plaisir, le femme rien, faut y faire confiance. Alors que chez vous c’est la première giclée (je me suis fait expliquer ça par Eric, un ami, il y a de nombreuses années) qui est la plus voluptueuse et la plus puissante (je ne me lasse pas de voir un homme éjaculer, c’est trop marrant, et puis votre tête attendrie en contemplant votre quéquette qui a bien fait son travail) chez nous c’est l’inverse, au fur et à mesure des orgasmes, ils sont de plus en plus forts.
Une femme doit normalement jouir plusieurs fois au cours d’un rapport (3 à 5 en moyenne, jusqu’à plusieurs dizaines chez une multi-orgasmique, généralement une vaginale)

Pénétration
Moment crucial, s’il en est. Tu connais déjà, pas besoin de détails. Vérifie simplement que ta partenaire mouille suffisamment. Elle peut être de nature sèche, tout en étant excitée. Alors à ce moment Mac Gyver sort de sa table de chevet le petit tube de vaseline (preuve qu’il pense à tout), il en met une noisette sur le gland, et hop, comme dans du beurre.
Elle a pas mal, tu te tords par la bite, et tout le monde il est heureux.

Pénis
Cela peut te surprendre que je parle ici de ta quéquette (des quéquettes en général) mais je suis persuadée que tu apprendras quelques petits détails et comme je te prends en main (pas encore vraiment mais ça viendra) je vais essayer de t’éviter certains défauts que je remarque souvent.
En règle générale, l’homme possède une seule queue, accompagnée d’une paire de couilles, celle de gauche pendant un peu plus bas que l’autre (ouf te voilà rassuré). Même si, habituellement, les hommes prétendent aligner au bas mot vingt centimètres de bonne barbaque bien ferme, c’est très rare. 13-17 cm me paraît plus raisonnable. Et bien assez suffisant.
A titre d’anecdote mon record personnel (il m’arrive de mesurer) est de 24 centimètres avec un diamètre conséquent. Eh ben, c’est pas facile à gérer, pour sucer j’avais la mâchoire distendue et j’étouffais assez vite, plusieurs positions se sont révélées limite douloureuses et mon petit trou n’a même pas eu envie de tenter un tel supplice. Moralité, le pauvre Raphaël trouvait rarement chaussure à son pied et déplorait que la nature l’ait tant gâté.
A la longueur, nous préférons la rigidité, et ça se travaille, par la masturbation, les séances de crac-crac et l’intensité du désir que tu éprouves pour la belle.
Défaut à éviter (je pense que ça n’est pas ton cas) : la fierté sans limites pour son outil de travail. Dieu sait si j’aime le sexe, mais il y a des choses qui me fascinent plus. La volonté, l’intelligence sont de vraies qualités, la taille d’une quéquette, un hasard (comme la taille tout court).
Dernier détail : ce que l’on a l’habitude d’appeler panne sexuelle ou défaillance. Faut pas en faire un drame. Si la gonzesse boude, c’est une grosse conne, tu la dégages. T’arrives pas à bander, tant pis, prends moi dans tes bras, fais-moi un petit câlin et endormons-nous lovés l’un dans l’autre c’est pas la fin du monde.

Point G
The Zone (avec un Z en gras, corps 36, et rampe de néon). Ancien fantasme numéro Un des hommes, remplacé depuis par notre trou arrière.
Merde, les filles, on a perdu pas mal au passage.
Rétablissons quelques vérités. Toute femme à sa zone G. Suffit de chercher. Il est fort possible que celle-ci ne sache pas qu’elle en est pourvue.
La femme a été confinée par hypocrisie pendant vingt siècles dans son rôle de créature honteuse. Maintenant qu’elle a compris qu’elle pouvait prendre son pied et ne pas être qu’un trou ou une pondeuse, elle a bien raison d’en profiter (réponse de la féministe au syndicaliste). Non, sérieusement il existe une petite zone (toute petite), qui une fois stimulée par le doigt ou la verge nous fait carrément péter les plombs. Orgasme ravageur et, dans certains cas, éjaculation de la femme (les fameuses femmes fontaines).
Je dois porter mon boulet de pudeur judéo-chrétienne car la première fois, j’ai cru mourir de honte tellement j’étais persuadée que j’avais pissé sur le copain.
Une anecdote express, une : Dans une autre définition j’ai évoqué les phrases qui tuent. Je me souviens d’un mec que j’avais ramassé en boîte, (il doit dire la même chose de moi) qui m’avait sorti un truc du genre "Alors chérie, elle te fait bien jouir comme une salope ma grosse queue, t’en a jamais vu une comme ça". J’exagère pas, c’était même plutôt pire, car il avait l’air tellement sur de lui, et me voilà partie à rire, crise de fou rire, à en pleurer, et comme j’étais encore empalée sur lui, je lui ai carrément pissé dessus. Pas exprès, le réflexe, la vessie comprimée certainement. Pas trois gouttes, le gros pipi. Il était tellement vexée, qu’il m’a demandé de partir sur le champ. Et pour la première fois de ma vie, je me suis retrouvée à moitié nue, sur le palier, les escarpins à la main devant les voisins éberlués qui ne comprenaient pas d’où venait cette folle en jupe, le chemisier grand ouvert qui pleurait de rire. Quel souvenir…

Règles
Bon, il fallait bien un chapitre délicat pour nous autres.
Eh ben oui, on saigne tous les 28 jours, c’est pas très ragoûtant. On est obligées de se coucher avec force Tampax, protège culotte et culotte pour pas salir le lit.
On est plus émotives. Ces jours là je pleure pour un rien. Les seins sont parfois limite douloureux les deux premiers jours. On est de mauvais poil. Une horreur mon pauvre ami.
Lorsque j’étais célibataire, pas de problèmes, pas de mecs ces jours là.
Mais comment faire lorsqu’on vit en couple ? J’ai toujours pensé que mon homme avait le droit à sa dose de plaisir, et qu’il n’avait pas à supporter cette ignominie. Il me reste donc la solution de le branler, ou de le sucer, sauf si mal au coeur, voire à lui proposer mon petit trou, ce qui n’est pas évident car ces jours-là on ne pense pas vraiment au youp-là tagada boum boum (avec la voix du J-P Belmondo de la grande époque).

Seins
Ah, les nichons, autre sujet de fascination pour l’homme. Ils sont, plus que le clitoris, le baromètre de notre état général, de notre disposition amoureuse, et de la proximité ou non de nos règles.
Gros ou petits, lourds ou aériens, les seins d’une femme sont à "géométrie variable". Carrés le lundi, triangulaires le mardi (hi hi hi hi).
Non sérieusement, une femme à la poitrine plutôt généreuse (sans tomber dans la classe Lolo Ferrari) peut varier. Je fais un 95b en temps normal. Le "b" indique la profondeur de bonnet, mais ça tu le sais, je pense. Juste après mes règles (2 ou 3 jours), j’ai tendance à flotter un peu dans mon sous-tif, ils sont un peu "raplapla", alors que les quelques jours précédent les règles ils sont gonflés, très sensibles, et si je suis chez moi j’évite le sous-tif pour ne pas être serrée.

Simulation
Un domaine où nous vous battons à plates-coutures. Si tu as vu "Quand Harry rencontre Sally" tu sais de quoi je veux parler. Sinon, je te ferai une démo. De nombreux hommes se laissent avoir. Après tout il n’y a pas de mal, la principale raison pour laquelle nous le faisons c’est pour faire plaisir ou pour écourter un rapport qui devient douloureux (échauffement des lèvres et du vagin).
Quelques détails qui prouvent si un fille jouit pour de vrai : L’oeil n’arrive pas à se fixer, le regard est quelque peu hagard (certaines filles peuvent toutefois le simuler), la transpiration perle sur son corps, le bout de ses seins, son clitoris et ses cuisses affichent des rougeurs, sa nuque se raidit, parfois elle est agitée de légers tremblements, des détails si l’homme est assez lucide, qui ne passent pas inaperçus. S’en rendre compte a un seul intérêt, celui de se soucier du bien être de l’autre.

Sodomie
Fantasme numéro un des mecs depuis que les actrices de films porno se font éclater la rondelle à tour de bras dans les films.
Je les plains. Non pas que je ne pratique pas, mais faut voir la taille des engins quelles s’enfilent.
Explication technique : Le trou du cul est un muscle, il faut donc éviter de le solliciter trop souvent avec n’importe quoi. Un mec d’un calibre normal (il n’est pas question ici de longueur) peut donc, si je le lui propose uniquement, explorer cette partie de mon anatomie. (Après tout le temps que j’aurais passé en conseils et descriptifs, j’espère pouvoir t’offrir ta première expérience dans ce domaine lors de ta venue à Paris. Je suis tellement conne et sentimentale que parfois je prends un plaisir juvénile à offrir quelque chose de rare aux gens que j’aime bien).
Est-ce douloureux ? Non, pas si c’est bien fait, tu peux même faire jouir une gonzesse. La marche à suivre est assez longue, je garde cela pour notre tête à tête.
Pourquoi cela vous plaît-il tant ? Votre queue y est indubitablement plus serrée, l’attrait de l’interdit, l’impression de vraiment posséder la fille (je n’aime pas ce dernier point, un homme ne me possède jamais vraiment, où qu’il me baise, tant qu’il n’a pas mon coeur, et c’est plus long).
Votre queue va t’elle ressortir recouverte de merde? Non, enfin logiquement. Ça se prépare ce genre de chose (détails entre quatre yeux).
Aime-t’on ça ? Franchement pas toujours, il m’arrive d’en jouir, mais j’arrête dès que j’ai mal.
Détail rigolo que vous semblez ignorer : Nous ne sentons pas franchement le sperme gicler dans notre foufoune. La compression, l’humidité, la sensibilité interne font que nous ne sentons que vaguement l’arrivée du sirop de corps d’homme, par contre vous ne manquez pas de manifestations pour nous montrer que c’est arrivé, que le persil a été arrosé. On le sent nettement mieux dans l’anus, et si le tout s’est bien passé, ça peut être franchement agréable.

Sperme
Encore un domaine qui ne devrait pas me concerner mais en raison des litres que je me suis enfilée (beurk, non seulement elle exagère mais en plus elle est carrément crade, cette gonzesse), je peux te confier comment et pourquoi nous réagissons à ce liquide. Pour de nombreuses filles, c’est encore un tabou, c’est sale, ça contient des enfants et ça vient du même endroit que le pipi.
Tous les goûts sont dans la nature. Il varie du blanc laiteux à l’incolore, la première giclée est la plus abondante, les suivantes (3 à 5 en tout) sont moins généreuses. La puissance du jet est fonction de l’excitation (ça tu le sais) et il peut arriver qu’un mec qui se retire pour éclabousser le ventre atteigne la figure de la fille. Le goût est en grande partie lié à l’alimentation et peut être amer (beurk) ou sucré (miam). Il m’arrive souvent de faire goûter leur sperme à mes amants en en conservant un peu dans la bouche pour leur rouler une pelle juste après (non, c’est pas sale, on l’avale bien, nous !).
Si la fille décide de te faire gicler sur son corps, il n’est pas utile (suivant sa réaction) de se précipiter sur le rouleau de Sopalin ou le gant de toilette. Il est agréable de masser les seins avec, c’est bon pour la peau (et c’est agréable) de plus je trouve ça moins tristounet que le gant de toilette alors que le pauvre gars a tout juste fini de répandre sa semence.

Tétons
Nos tétons indiquent notre degré d’excitation. Plus ils sont durs et turgescents, plus on "mouille", et on peut généralement le vérifier un étage plus bas. Tu peux dans ce cas les manipuler, pétrir les seins, saisir les tétons à deux doigts, les sucer, les mordiller. Pas de contre indication, sauf si la fille a les seins particulièrement sensibles et douloureux (dans ce cas elle annonce généralement la couleur).

Types de foufounes
Sous cette appellation générique, je voudrais te présenter les deux principaux types de femmes, que tu connais certainement (du moins par ouï-dire) : les vaginales et les clitoridiennes.
90% des femmes sont des clitoridiennes, ce qui explique l’importance de ce que l’on appelle les préliminaires, par rapport à la pénétration à proprement parler.
La clitoridienne, comme son nom l’indique, réagit lorsque l’on stimule son clitoris. Il n’est pas nécessaire de la pénétrer, et l’on peut la mener au plaisir, par la langue, les doigts, de nombreux accessoires, etc. La solution idéale consiste sans nul doute à la pénétrer tout en s’occupant de son clito. En fonction de ta souplesse, la position la plus pratique est la cavalière, ou la confidente.
La vaginale, quant à elle, tire son plaisir de la pénétration et plus particulièrement du va-et-vient du pénis dans son intimité (et notamment sur le fameux Point G). Cette catégorie de femmes est très rare, on la rencontre quasi uniquement chez les femmes ayant un gros appétit sexuel (on les a longtemps cru atteintes de nymphomanie, au sens médical du terme), et chez ce que l’on pourrait appeler les grosses gourmandes.
Pour compliquer le tout, il faut savoir qu’une clitoridienne peut accepter la pénétration, pour faire plaisir, parce qu’elle en a envie, par ce qu’elle jouit mieux en associant les deux (manipulation et pénétration) et aussi parce qu’elle ne sait pas qu’elle est clitoridienne (si si, ça existe). D’autre part, la vaginale ne détestera pas qu’on s’occupe de son petit bouton, bien au contraire, et cette Rolls des amantes (soyons modeste, je suis vaginale) réagit bien dans l’ensemble à toutes les stimulations.

Vagin
Encore un endroit mystique pour vous.
Comment c’est dedans ? Y-a-t’il des habitants ? C’est profond ? C’est large ?
Bien… c’est noir, c’est humide et chaud. Non y-a pas d’habitants : j’ai une bonne gynéco, dieu merci, et une meilleure hygiène encore.
C’est assez profond pour vous, car il faut un sacré engin pour atteindre le fond.
Vous pouvez y mettre un ou des doigts, votre quéquette, un doigt de pied (le gros pouce, ah quel bonheur) et y déverser votre trop-plein de jus de kiki.
Pour une visite guidée penser à prendre rendez-vous au secrétariat du Palais. On est prié d’amener son casque de spéléo.

Carla
toute excitée d’avoir bossé là-dessus pendant près de deux heures
et qui va appeler au secours son petit mari pour éteindre le feu de fesse qui la dévore.

25 Commentaires »

  1. [...] demain elle change de portable. Faites plusieurs tentatives car beaucoup de personnes appellent. Carla, tu nous le donnes quand ton portable ? Mise à jour 26 janvier : à lire sur http://www.gala.fr Elle doit [...]

    Ping par Exclusif : le téléphone personnel de Clara Morgane ! « SITAmnesty — Mercredi 27 janvier 2010 @ 06:08

  2. Doublez Votre Drague.pdf
    Par David De Angelo
    1.73 MB
    http://www.megaupload.com/?d=A5EF6MVV

    Commentaire par David De Demonio — Samedi 17 décembre 2011 @ 19:05

  3. tout ça m’avraiment excité. qui va alors éteindre ce feu? pour le moment je m’en vais changer ma petite culotte

    Commentaire par monique — Vendredi 27 juillet 2012 @ 22:15

  4. tu peux etre amie avec moi?

    Commentaire par klai badreddine — Vendredi 24 août 2012 @ 04:01

  5. Un article vraiment excitant est tres instructif, en plus d’etre super sexy tu nous fait rever!!! Un grand merci pour cette article ;)

    Commentaire par un mec.. — Lundi 12 novembre 2012 @ 12:04

  6. très excitant. Juste arès avoir lu vos commentaires, j’ai baisé ma copine mariée [Laquelle ? Ginette ou Hornela ?]. Je l’ai fait jouir plus fort qu’avant. Incovénient, elle se fatigue vite. [Qui veut aller loin ménage sa monture.]

    Commentaire par Styve — Samedi 12 janvier 2013 @ 01:11

  7. c’etait tres bien…!

    Commentaire par pedji — Dimanche 3 février 2013 @ 17:52

  8. trè cool!apresan jm san f1 prè [Vous semblez cependant n'avoir pas remarqué que le texte, écrit par une demoiselle, est correctement orthographié.]

    Commentaire par aime — Mercredi 3 avril 2013 @ 20:34

  9. ca ce sont meilleures sexuelles jamais rencontrees. c’est la totale!Vous etes une vraie specialiste rien qu’a lire ca, jai bande,sans blague.merci.

    Commentaire par oscar Youtou — Vendredi 26 avril 2013 @ 20:21

  10. Salut je m’appel aliou je suis footballeur a ngaoundere fc depuis 2002 je suis a la recherche d’une equipe de footballeur?

    Commentaire par Aliou — Lundi 6 mai 2013 @ 07:08

  11. […] Article publié originellement ici. […]

    Ping par Les Conseils de Carla pour bien la Baiser et la faire Jouir (1/3) | Bien Baiser — Vendredi 31 mai 2013 @ 23:56

  12. […] Article publié originellement ici. […]

    Ping par Les Conseils de Carla pour bien la Baiser et la faire Jouir (2/3) | Bien Baiser — Lundi 3 juin 2013 @ 01:54

  13. […] Article publié originellement ici. […]

    Ping par Les Conseils de Carla pour bien la Baiser et la faire Jouir (3/3) | Bien Baiser — Jeudi 6 juin 2013 @ 09:15

  14. Merci Carla… Tu me reconfortes, génial et très excitant… Un célibataire dont le zboub prend feu après lecture…

    Commentaire par Emiliano — Mercredi 26 juin 2013 @ 01:57

  15. je veux bien prendre un cour particulier avec ce prof du plaisir

    Commentaire par robert — Samedi 24 août 2013 @ 21:12

  16. "Je dois porter mon boulet de pudeur judéo-chrétienne car la première fois, j’ai cru mourir de honte tellement j’étais persuadée que j’avais pissé sur le copain".
    Ca montre que tu connais rien A l’ejaculation feminine, tu as surement entendu les autres en parler, sinon d’experience perso. tu n’aurais pas pu confondre avec la pisse. Ce n’est pas du tout, alors pas du tout, la meme impression que de pisser.

    Commentaire par Sergioo — Jeudi 29 août 2013 @ 12:49

  17. Salut on peut se voir

    Commentaire par momo — Samedi 7 septembre 2013 @ 18:38

  18. Quand j’ai lu ja mis 2 jours pour arrêter de bander

    Commentaire par Jo — Mercredi 11 septembre 2013 @ 16:45

  19. ce que tu racontres, c est genial!

    Commentaire par joffre — Lundi 16 septembre 2013 @ 21:01

  20. J’ai tro envie de te rencontré.Mais moi j’ai une petite bite,je pense que toi tu vas me dévorer lors d’un rapport sexuel.Si il faut te marier je le ferais parce que tu es tro coulllllllll!!!!!!!.envoi moi une demande d’amie sur Facebook pour qu’on reste en contact.(Mohamedanis.hawil@Yahoo.fr)

    Commentaire par Mohamed anis hawil — Samedi 21 septembre 2013 @ 20:26

  21. tu est tres mignon tu veut que je te fait jouir au si elle est pleinne

    Commentaire par rezaqui — Samedi 19 octobre 2013 @ 08:18

  22. bonjour de te reconter je voudrais sa voir si vous être en couple ou pas si vous pour vais me repondre très vit stp jtm

    Commentaire par rezaqui — Samedi 19 octobre 2013 @ 08:23

  23. J’ai plus de 78 ans et j’ai encore appris pas mal de petites choses ! Merci Carla

    Commentaire par onan1er — Lundi 11 novembre 2013 @ 17:45

  24. je veut bien etre ami sur facebook avec toi et avoir des cour particulier avec toi

    Commentaire par val49emes — Lundi 25 novembre 2013 @ 14:10

  25. ce que tu dit peut nous apprendre beaucoup de chose

    Commentaire par val49emes — Lundi 25 novembre 2013 @ 14:11


Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Thème Rubric Propulsé par WordPress.com.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 195 followers

%d bloggers like this: