SITAmnesty

dimanche 3 juin 2012

Mais qui est Christophe Borgel ?

Filed under: Interlude — sitamnesty @ 21:27

Christophe BorgelDu syndicat étudiant Unef-ID à la bonne époque des scandales, en passant par la Mnef, Christophe Borgel est depuis sa jeunesse un apparatchik accompli, résolu et sans état d’âme.
Comme il aspire au pouvoir et aux fonctions politiques non par le mérite mais par copinage et grenouillage alors il ne lésine sur aucune figure obligée auprès de ceux qui peuvent l’aider à faire carrière !

Christophe Borgel parachutageD’une valse avec Jospin, un pas de deux avec DSK pour finir par un tango avec Aubry, il arrive à être responsable national du PS chargé des élections. Il se mitonne une place de choix pour un parachutage aux petits oignons !

À bientôt 50 ans, ses fidélités successives d’arriviste lui ont permis d’être élu, à l’abri, sur des listes sans jamais être réellement LE candidat ou leader !
Il arrive néanmoins à cumuler des fonctions électives, des missions reliées à des soupçons d’emploi fictif et de confortables indemnités qui vont avec.

Jugez plutôt :

  • Conseiller régional d’île-de-France :
    2 400 €/mois
  • ler adjoint au maire de Villepinte
    (Seine St Denis) : 1 500 €/mois
  • Inspecteur d’académie (nommé) :
    4 500 €/mois
  • Mission société HLM (57 000 € sur
    2 ans) : 2 375 €
  • Dirigeant national du PS : indemnités
    de missions et frais de déplacements…
    soit plus de 10 000 € mensuels

La République est généreuse avec ce « professionnel » de la politique !!!
Mais cela ne lui suffit pas. Il décide, au mépris des électeurs de sa liste, de ses collègues parisiens qu’il abandonne sans honte, et au mépris des électeurs haut-garonnais qu’il prend pour des imbéciles, de se faire parachuter dans notre circonscription.
Un combat facile se dit-il, puisque François Hollande a réalisé un score de près de 65 % de voix au second tour de la présidentielle. La Gauche est largement majoritaire. Autant dire que Christophe Borgel ne s’est pas choisi la circonscription la plus difficile à conquérir. Il réalise un hold-up en profitant de son statut d’apparatchik parisien, évinçant les candidats légitimes, alors que lui, est illégitime !

MAIS COMMENT CE MONSIEUR A-T-IL ATTERRI A TOULOUSE ?

Le 1er décembre 2011, le vote des militants socialistes pour l’investiture à la députation est entaché d’irrégularités. Le Bureau National des Adhésions invalide le soir même le vote. Il diligente une enquête au sein de la Fédération Haute-Garonne.

Trois hypothèses logiques semblent alors être privilégiées :

  • valider le vote du 1er décembre.
  • invalider le vote dans les bureaux litigieux.
  • procéder à un nouveau vote.

Cette dernière hypothèse de revote, en lieu neutre, sous le contrôle du PS national est la plus juste et la plus crédible, afin de garantir la légitimité du vote des militants. Mais Christophe Borgel, secrétaire national aux élections, garant des statuts nationaux, est le président de cette commission d’enquête. De juge, il devient partie prenante car il s’attribue immédiatement la 9e circonscription. Il décide que c’est lui, le bon candidat ! Les militants n’en veulent pas ?! Il vient de Paris, il est chef… les militants n’ont qu’à se mettre en ordre de marche, le doigt sur la couture… Et puis pas question de vote… Ils acceptent un point c’est tout… La démocratie ?… Plaisanterie ! Christophe Borgel s’asseoit dessus !!!

Christophe Borgel cycliste du tour de franceQuelques mois auparavant, il avait tenté le parachutage dans la Somme, en Picardie : sans succès, les militants l’ont rejeté par un NON masssif. De Paris à l’île-de-France en passant par la Somme puis la Haute-Garonne, Christophe Borgel est plus qu’un politicard, c’est un coureur du Tour de France…

NOUS N’AVONS PAS BESOIN DE LUI…
Il est ILLEGITIME !!!

QUE PENSE LA PRESSE DE Christophe Borgel ?

Christophe Borgel a eu les honneurs de la presse nationale ces derniers temps : Le Canard Enchainé, Le Point, Libération.
Ces journaux se font l’écho de soupçons d’emplois fictifs dont Christophe Borgel fait l’objet : jugez plutôt…
Avons-nous besoin (envie) d’un tel homme comme Député ?

Le Point du 10 février 2012

Christophe Borgel et Razzy Hammadi, candidats aux législatives, auraient bénéficié des largesses de sociétés de conseil auprès d’offices HLM.
L’argent des HLM a-t-il servi à financer le train de vie de deux candidats socialistes aux législatives : Christophe Borgel, secrétaire national du PS aux élections, maire-adjoint de Villepinte (93), conseiller régional d’Ile-de-France et candidat aux législatives 2012 en Haute-Garonne ; et Razzy Hammadi, ancien président du MJS et candidat à la députation à Montreuil (93) ? Ont-ils bénéficié de rémunérations de complaisance au sein de la société MAAT, spécialisée dans le conseil aux bailleurs sociaux, et de Montalivet Gestion, sa filiale, chargée du recouvrement de loyers impayés ?

Un rapport remis le 31 décembre dernier au tribunal de commerce de Paris et rédigé par un expert-comptable le suggère fortement. Alors que l’état de cessation de paiement est avéré dès l’été 2008, MAAT rémunère Christophe Borgel à hauteur de 57 000 euros. À l’époque, l’ancien président de l’Unef-id était inspecteur de l’académie de Paris, poste qu’il occupe jusqu’en 2011. Les factures de ces prestations n’ont pas été retrouvées par l’expert-enquêteur. « Christophe Borgel n’est pas salarié proprement dit mais partenaire. Je n’ai jamais été informé des résultats commerciaux tangibles de ce partenariat. »

Emploi fictif ?

Cette même année, MAAT se rend au Congrès des organismes HLM à Cannes. L’entreprise loue un voilier où ses convives se restaurent au son d’un orchestre. Coût total pour le prestataire des HLM : 180 714,27 euros dont 31 000 euros pour le traiteur ! Si Borgel a pu recevoir une rémunération de complaisance, Razzy Hammadi, lui, est carrément soupçonné d’avoir été un salarié fantôme : « Il convient de s’interroger sur la réalité de la prestation salariée pour Razzi Hammadi qui a perçu 23 800 euros bruts en 2008 et 45 715,26 euros bruts en 2009 », conclut l’expert qui a épluché les documents de la PME durant neuf mois et auditionné les cadres dirigeants et les employés. « Je n’ai pas pu constater de résultats commerciaux à mettre à son actif », témoigne dans le rapport le numéro deux de l’entreprise.

En outre, selon le rapporteur, l’activité de la société Montalivet Gestion – « le recouvrement de créances » – est interdite par un tiers non-HLM, sauf dérogation de la préfecture.

Interrogé par Le Point, Christophe Borgel affirme que ses prestations pour la PME ont bel et bien existé et qu’il détient les éléments à disposition de la justice. Pour lui, la loi autorise des activités rémunérées pour un fonctionnaire, notamment dans le domaine de la formation. Razzy Hammadi, lui, est plus précis : « J’ai été embauché comme simple salarié de 2008 à 2009 avec un salaire de 2 300 euros. Je partageais mon bureau quotidiennement avec une dizaine d’autres consultants et, comme l’ensemble des autres salariés, lorsque nous avons commencé à ne plus être payés nous avons pris nos dispositions avec la déléguée syndicale, pour nous défendre et partir. »

Par Aziz Zemouri

Le Canard enchainé du 15 février 2012

Le Canard enchainé du 15 février 2012 - Une société bordée à gauche et à droite - Pour obtenir des marchés auprès des collectivités, la société Maat avait embauché plusieurs cadres du PS, de l'UMP et du Medef. Des emplois de complaisance - En pleine campagne électorale, la brigade financière vient d'ouvrir un nouveau chantier. Depuis le 31 décembre 2011, ses enquêteurs disposent d'un rapport d'expertise judiciaire décrivant les étranges manoeuvres d'une société de conseil auprès des bailleurs sociaux et collectivités locales. Cette boîte, baptisée Maat, est en liquidation judiciaire depuis 2010. Avant de mettre la clé sous la porte, ses patrons —Jean et Salomé Naem — menaient grand train et s'étaient attaché les services de plusieurs cadres du PS, de l'UMP et du Medef. Le couple Naem ne fait pas mystère de son engagement à gauche, comme l'a évoqué « Le Point ». Lui, après avoir fait le siège de Martine Aubry, se montre désormais aux côtés de François Hollande. A qui veut l'entendre il annonce qu'il occupera, aussitôt après la présidentielle, le fauteuil de sous-ministre au Logement. Plus modeste, son épouse est conseillère municipale dans le X' arrondissement de Paris. Au temps de leur splendeur, ils aidaient des camarades en leur fournissant un salaire. En échange des bonnes grâces de Solferino ? Des ouvreurs de portes Razzye Hammadi, ex-président des jeunes socialistes et actuel secrétaire national du parti, a bien travaillé pour Maat. Il s'est d'ailleurs démené pour mettre en place une « université du logement » (sic) . Le rapport d'expertise fait état d'un salaire annuel de 34 000 euros en 2008 puis de près de 46 000 euros en 2009. Mais, d'après un ancien dirigeant de Maat, Hammadi a bossé pour des montants « sans grand rapport avec le travail fourni » . C'est sans doute pour cette raison qu'il est parti avec un portable et un ordinateur de la boîte... Florence Rognard, l'ex-assistante parlementaire du député PS de Paris Christophe Caresche, a elle aussi oeuvré pour Maat. Chargée des relations avec la presse, elle s'est même usée à monter des rendez-vous auxquels Jean Naem ne se rendait pas. Des lapins qui coûtent cher : 32 000 euros en 2008, et 60 000 en 2009. Pour Christophe Borgel, son compagnon, la situation est plus délicate. Secrétaire national du PS aux élections et candidat aux législatives en Haute-Garonne, Borgel a perçu, en 2008, quelque 57 000 euros en honoraires. Des ex-collaborateurs de Maat affirment au « Canard » qu'il « ouvrait des portes » dans des mairies de gauche. Problème : à la même époque, il occupait un emploi d'inspecteur de l'académie de Paris. Une fonction incompatible avec le versement d'honoraires par une boîte privée... Soucieux d'assurer leur avenir, les époux Naem ont aussi recruté à droite. En 2008, ils ont fait appel au lobbyiste patenté Jean Simonetti, proche de Pasqua, pour 6 000 euros par an. Mais aussi à une attachée de presse liée au groupe Lagardère, pour 37 000 euros. Cela ne suffisait pas. Ils ont aussi débauché Olivia Thibault, l'ex-assistante parlementaire d'Alain Juppé et de Christian Jacob, pour la modique somme annuelle de 147 000 euros. Selon un témoignage mentionné dans le rapport de l'expert judiciaire, « elle donnait l'impression de travailler ». Foncièrement dépensier Ce n'est pas le cas d'Etienne Guéna, rarement présent dans les locaux : les époux Naem avaient interdit que son nom soit prononcé à l'intérieur de l'entreprise. Il était le « Monsieur logement social » du Medef, jusqu'à ce qu'éclate un différend économique et social entre lui et Laurence Parisot. C'est Guéna qui a permis à Maat de rafler son plus gros marché auprès de la Foncière logement, financé par le 1 % logement. Un marché obtenu sans appel d'offres. Ceci explique peut-être cela : fils de l'ex-président du Conseil constitutionnel, Etienne Guéna était lui-même dirigeant de la Foncière logement. Les époux Naem ont su le remercier. En 2008, il a perçu plus de 106 000 euros. Et il est parti en vacances, avec madame, en compagnie de Jean et Salomé Naem, du côté de Lourmarin (Vaucluse)... aux frais de Maat. A en croire le rapport d'expertise judiciaire, les deux généreux entrepreneurs confondaient parfois leur porte-monnaie avec celui de leur entreprise. Des traces de voyages privés, de retraits répétés d'argent liquide, d'achats de bonnes bouteilles ont ainsi été retrouvées dans la comptabilité de leur société. Elle était belle, la vie... Didier Hassoux
Article au format PDF

Une société bordée à gauche et à droite
Pour obtenir des marchés auprès des collectivités, la société Maat avait embauché plusieurs cadres du PS, de l’UMP et du Medef. Des emplois de complaisance

En pleine campagne électorale, la brigade financière vient d’ouvrir un nouveau chantier. Depuis le 31 décembre 2011, ses enquêteurs disposent d’un rapport d’expertise judiciaire décrivant les étranges manoeuvres d’une société de conseil auprès des bailleurs sociaux et collectivités locales. Cette boîte, baptisée Maat, est en liquidation judiciaire depuis 2010. Avant de mettre la clé sous la porte, ses patrons —Jean et Salomé Naem — menaient grand train et s’étaient attaché les services de plusieurs cadres du PS, de l’UMP et du Medef.
Le couple Naem ne fait pas mystère de son engagement à gauche, comme l’a évoqué « Le Point ». Lui, après avoir fait le siège de Martine Aubry, se montre désormais aux côtés de François Hollande. A qui veut l’entendre il annonce qu’il occupera, aussitôt après la présidentielle, le fauteuil de sous-ministre au Logement. Plus modeste, son épouse est conseillère municipale dans le X’ arrondissement de Paris. Au temps de leur splendeur, ils aidaient des camarades en leur fournissant un salaire. En échange des bonnes grâces de Solferino ?

Des ouvreurs de portes
Razzye Hammadi, ex-président des jeunes socialistes et actuel secrétaire national du parti, a bien travaillé pour Maat. Il s’est d’ailleurs démené pour mettre en place une « université du logement » (sic). Le rapport d’expertise fait état d’un salaire annuel de 34 000 euros en 2008 puis de près de 46 000 euros en 2009. Mais, d’après un ancien dirigeant de Maat, Hammadi a bossé pour des montants « sans grand rapport avec le travail fourni ». C’est sans doute pour cette raison qu’il est parti avec un portable et un ordinateur de la boîte…
Florence Rognard, l’ex-assistante parlementaire du député PS de Paris Christophe Caresche, a elle aussi oeuvré pour Maat. Chargée des relations avec la presse, elle s’est même usée à monter des rendez-vous auxquels Jean Naem ne se rendait pas. Des lapins qui coûtent cher : 32 000 euros en 2008, et 60 000 en 2009. Pour Christophe Borgel, son compagnon, la situation est plus délicate. Secrétaire national du PS aux élections et candidat aux législatives en Haute-Garonne, Borgel a perçu, en 2008, quelque 57 000 euros en honoraires. Des ex-collaborateurs de Maat affirment au « Canard » qu’il « ouvrait des portes » dans des mairies de gauche. Problème : à la même époque, il occupait un emploi d’inspecteur de l’académie de Paris. Une fonction incompatible avec le versement d’honoraires par une boîte privée…
Soucieux d’assurer leur avenir, les époux Naem ont aussi recruté à droite. En 2008, ils ont fait appel au lobbyiste patenté Jean Simonetti, proche de Pasqua, pour 6 000 euros par an. Mais aussi à une attachée de presse liée au groupe Lagardère, pour 37 000 euros. Cela ne suffisait pas. Ils ont aussi débauché Olivia Thibault, l’ex-assistante parlementaire d’Alain Juppé et de Christian Jacob, pour la modique somme annuelle de 147 000 euros. Selon un témoignage mentionné dans le rapport de l’expert judiciaire, « elle donnait l’impression de travailler ».

Foncièrement dépensier
Ce n’est pas le cas d’Etienne Guéna, rarement présent dans les locaux : les époux Naem avaient interdit que son nom soit prononcé à l’intérieur de l’entreprise. Il était le « Monsieur logement social » du Medef, jusqu’à ce qu’éclate un différend économique et social entre lui et Laurence Parisot. C’est Guéna qui a permis à Maat de rafler son plus gros marché auprès de la Foncière logement, financé par le 1 % logement. Un marché obtenu sans appel d’offres. Ceci explique peut-être cela : fils de l’ex-président du Conseil constitutionnel, Etienne Guéna était lui-même dirigeant de la Foncière logement.
Les époux Naem ont su le remercier. En 2008, il a perçu plus de 106 000 euros. Et il est parti en vacances, avec madame, en compagnie de Jean et Salomé Naem, du côté de Lourmarin (Vaucluse)… aux frais de Maat. A en croire le rapport d’expertise judiciaire, les deux généreux entrepreneurs confondaient parfois leur porte-monnaie avec celui de leur entreprise. Des traces de voyages privés, de retraits répétés d’argent liquide, d’achats de bonnes bouteilles ont ainsi été retrouvées dans la comptabilité de leur société.
Elle était belle, la vie…
Didier Hassoux

Dans la 9e circonscription de la Haute-Garonne, nous avons besoin d’un député du terrain, d’un député honnête, d’un député sincèrement de gauche, qui défende Nos valeurs et nos intérêts – pas les siens !

Parce que le changement, c’est maintenant !

Parce que François Hollande a dit :
« Je veux une République exemplaire ».

Parce que Martine Aubry a dit :
« On a besoin d’un élu de terrain qui habite ici et qui connait les problèmes et qui défend les habitants de la circonscription ».

Parce que Jean-Luc Mélenchon a dit :
« C’est tout de même assez drôle quand le responsable des élections comme Borgel élu de la Seine Saint Denis se parachute lui-même contre le vote des militants à la place d’une femme du coin dans la Haute-Garonne ».

Parce que le non cumul des mandats, l’ancrage territorial, la probité doivent être la règle !

Parce que le temps est venu de faire de la politique autrement !

Parce que le temps est venu de « servir et pas de se servir ».

Votez utile

 

NON À BORGEL

 

Qui est Christophe Borgel ?
Agrandir :
985×1393
Haute résolution : 4923×6963 (600dpi)
Qui est Christophe Borgel ?
Agrandir :
985×1393
Haute résolution : 4923×6963 (600dpi)

Merci à Kbis31 pour le scan

affiche : BORGEL = Parachuté Parisien

«Depuis que je suis élu et que je rencontre les habitants de la circonscription, j’examine quatre grands types de dossiers», expliquait hier Christophe Borgel : «On me soumet des problématiques de logement, d’emploi, de titres de séjour et enfin de quartier.
Source : déclaration dans La Dépêche du Midi Dhimmi

Depuis quand la préoccupation majeure d’un français sur quatre est-elle… son titre de séjour ?!

Depuis que Christophe Borgel préfère s’occuper des étrangers à qui il veut donner le droit de vote plutôt que des citoyens qui l’ont élu (des citoyens qu’il méprise pour la bonne raison qu’il sait mieux que quiconque à quel point il faut être stupide pour avoir voté pour lui !)

Action SITA : imprimer, adresser à un dhimmi ou à un collabo, poster : la nouvelle façon de dire qu'on sait

Faites savoir concrètement au parachuté cumulard-socialiste Christophe Borgel que VOUS ne faites par partie des citoyens stupides et que VOUS savez ce qu’il est :
– IMPRIMER le tract version PDF ci-dessous, soit sur une feuille recto-verso soit sur deux feuilles recto

Mais qui est Christophe Borgel ?  tract pdf recto-verso sur exposant qui est vraiment le député parachuté cumulard-socialiste Christophe Borgel
mais-qui-est-christophe-borgel.pdf

6.29 Mo
(recto seul 3.09 Mo, verso seul 3.21 Mo)

– METTRE dans une enveloppe,
– ECRIRE L’ADRESSE
au choix, soit son adresse postale à l’assemblée nationale soit l’adresse postale de sa permanence de Toulouse
(ou, pourquoi pas, aux deux adresses !)
– TIMBRER
et
– POSTER.

Voilà, ce n’est pas plus compliqué que ça de mettre une
bonne petite claque sur le groin d’un cumulard-socialiste.

 

Mais qui donc peut soutenir un type comme Christophe Borgel ?

Qui se ressemble s’assemble, voyez vous-même :

Qui est Christophe Borgel ?
Agrandir :
985×1393
Qui est Christophe Borgel ?
Agrandir :
985×1393

Le président de la République François Hollande soutien un mec comme Christophe Borgel !
Christophe Borgel est soutenu par un mec comme lui : Le président de la République François Hollande !

François Hollande soutien un mec comme Christophe Borgel !
Christophe Borgel est soutenu par un mec comme lui : Le premier ministre Jean-Marc Ayrault !

Christophe Borgel est soutenu par une _mecque_ comme lui : La première secrétaire du parti socialiste, Martine Brochen-Delors Aubry !
Christophe Borgel est soutenu par une « mecque » comme lui : La première secrétaire du parti socialiste, Martine « Brochen-Delors » Aubry !

Christophe Borgel est soutenu par deux mecs comme lui : le président du conseil général de Midi-Pyrénées Pierre Izard et le sénateur Martine Malvy !
Christophe Borgel est soutenu par deux mecs comme lui : le président du conseil général de Midi-Pyrénées Pierre Izard et le sénateur Martin Malvy !

François Hollande soutien un mec comme Christophe Borgel !
Christophe Borgel est soutenu par un mec comme lui : Le député-maire de Toulouse Pierre Cohen !

Merci de nouveau à Kbis31 pour le scan

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :