SITAmnesty

samedi 6 avril 2013

Alain Juppé et Philippe Courtois, les collabos de la grande mosquée de Bordeaux

Filed under: collaboration,en projet,mosquée — sitamnesty @ 13:23

 alain juppé, le pinocchio collabo qui veut construire une mosquée à bordeaux avec le mahométan Tarek OubrouLe projet de grande mosquée se précise. Elle pourra accueillir 3500 fidèles.

C’est un projet qui végète depuis une dizaine d’années et qui semble entrer depuis quelques semaines dans une phase plus concrète. Nom de code : « GMB » pour Grande Mosquée de Bordeaux.

(…)

Depuis une douzaine d’années, les responsables de la Fédération musulmane de Gironde militent pour une nouvelle mosquée. Ils peuvent compter, dans leur démarche, sur l’habileté et l’affabilité du directeur de l’association, Charafeddine Mouslim, sur l’autorité intellectuelle de l’imam Tareq Oubrou, et sur un a priori assez bienveillant des élus.

Une réunion a récemment rassemblé, à la mairie, les porteurs du projet, Alain Juppé et une partie de son équipe, et Philippe Courtois, directeur d’Euratlantique, le futur centre musulman se situant dans le périmètre de l’opération de réalisation de ce grand quartier d’affaires. Point par point, tous les volets du projet ont été abordés.

1. Une mosquée de quelle capacité ?

La mairie avait donné un accord de principe pour un site destiné à 2 000 à 2 500 fidèles. La fédération souhaitait le double, au nom de l’affluence constatée lors de l’Aïd-el-Kebir ou de l’Aid-el-Fitr. Un compromis a été trouvé, et approuvé par Alain Juppé : la grande mosquée sera « calibrée » pour 3 500 croyants.

2. Sur quel terrain exactement ?

Il s’agit d’une parcelle de 7 000 mètres carrés, située entre la caserne de la Benauge et le lycée Mauriac. Une délibération votée lors du dernier conseil d’administration d’Euratlantique prévoit que ce terrain, propriété de la Ville, puisse être cédé à la Fédération des musulmans de Gironde.

Comment ? Première option : par un (…)

La suite sur l’archive PDF ci-dessous :

Alain Juppé et Philippe Courtois, les collabos de la grande mosquée de Bordeaux - Grande mosquée de Bordeaux : ça se précise - Publié le 05/04/2013 à 06h00 | Mise à jour : 05/04/2013 à 10h26 - Par julien rousset - Le projet de grande mosquée se précise. Elle pourra accueillir 3500 fidèles. - L’imam bordelais Tareq Oubrou, lors d’une cérémonie de l’Aïd-el-Fitr, organisée au Palais des congrès faute de mosquée assez spacieuse. (archives Alexandre Sioc’Han de Kersabiec) - C’est un projet qui végète depuis une dizaine d’années et qui semble entrer depuis quelques semaines dans une phase plus concrète. Nom de code : « GMB » pour Grande Mosquée de Bordeaux. - Il s’agit de construire une mosquée à la mesure de la communauté musulmane de la ville dont le principal lieu de culte, situé rue Jules-Guesde à Saint-Michel, est trop étroit pour accueillir les croyants lors de la prière du vendredi. De 800 à 1 000 personnes selon les semaines. Quant aux grands rassemblements, Aïd-el-fitr pour la rupture du ramadan ou Aïd-el-Kebir pour la fête du sacrifice, ils naviguent, faute de site adapté, entre le gymnase de l’avenue Thiers, le parc des Expositions ou encore le Hangar 14… - Depuis une douzaine d’années, les responsables de la Fédération musulmane de Gironde militent pour une nouvelle mosquée. Ils peuvent compter, dans leur démarche, sur l’habileté et l’affabilité du directeur de l’association, Charafeddine Mouslim, sur l’autorité intellectuelle de l’imam Tareq Oubrou, et sur un a priori assez bienveillant des élus. - Une réunion a récemment rassemblé, à la mairie, les porteurs du projet, Alain Juppé et une partie de son équipe, et Philippe Courtois, directeur d’Euratlantique, le futur centre musulman se situant dans le périmètre de l’opération de réalisation de ce grand quartier d’affaires. Point par point, tous les volets du projet ont été abordés. - 1. Une mosquée de quelle capacité ? - La mairie avait donné un accord de principe pour un site destiné à 2 000 à 2 500 fidèles. La fédération souhaitait le double, au nom de l’affluence constatée lors de l’Aïd-el-Kebir ou de l’Aid-el-Fitr. Un compromis a été trouvé, et approuvé par Alain Juppé : la grande mosquée sera « calibrée » pour 3 500 croyants. - 2. Sur quel terrain exactement ? - Il s’agit d’une parcelle de 7 000 mètres carrés, située entre la caserne de la Benauge et le lycée Mauriac. Une délibération votée lors du dernier conseil d’administration d’Euratlantique prévoit que ce terrain, propriété de la Ville, puisse être cédé à la Fédération des musulmans de Gironde. - Comment ? Première option : par un bail emphytéotique. Il s’agit d’un bail à long terme (99 ans) pour un loyer modique, en contrepartie de l’aménagement du site. Cette formule permet à des associations de construire des lieux de culte à leurs frais, mais à moindre coût sur le foncier. Problème : cette formule, utilisée dans d’autres villes pour des mosquées, a été contestée devant les tribunaux, au motif qu’elle s’apparente à une subvention déguisée. La fédération, soucieuse de parer au maximum les recours qui ne manqueront pas de fleurir autour de ce projet sensible, s’oriente plutôt vers l’achat du terrain. - 3. Quelle architecture pour le site ? - La programmation, qui fixe le contenu exact du projet, est en cours. La salle de prière n’occupera que 20 % du site, le reste étant plutôt consacré à la culture : un amphithéâtre, une bibliothèque, des salles de réunion, et aussi une cafétéria, un restaurant… Ces espaces seront ouverts à tous, musulmans ou pas. « Nous voulons que ce centre soit le lieu de l’islam de France, ouvert sur la société », explique Charafeddine Mouslim, qui précise qu’« il n’y aura pas de minaret ». Une consultation doit être lancée à la fin du mois auprès de quatre bureaux d’architectes. - 4. Quel sera le montant de la construction ? - Le coût estimé du projet oscille entre 15 et 20 millions d’euros. Comment la Fédération des musulmans de Gironde va-t-elle trouver une telle somme ? Pour l’instant, elle prospecte. « Nous allons lancer une souscription », indique Charafeddine Mouslim. La fédération multiplie les contacts avec les donateurs potentiels et l’étranger : Qatar, Suède, Azerbaïdjan, Maroc, États-Unis… « Il n’y aura aucune ingérence, assure Charafeddine Mouslim. Nous acceptons cet argent à trois conditions : qu’il soit légal, versé sans condition, et que sa provenance soit transparente. Tout l’argent qui rentrera dans le projet transitera par un service à la préfecture chargé d’en garantir la légalité. »
Archive créée avec printfriendly.com, taille de texte 10pt sans image

Le collabo majeur, Alain Juppé, a déjà été informé par le passé lors de précédentes actions. Il s’agit désormais non plus de l’informer mais de l’avertir des conséquences de ses actes, et de même pour son complice Philippe Courtois, directeur d’Euratlantique.

C’est très simple avec la méthode Amnesty International SITA : une lettre dans une enveloppe timbrée, envoyée par la poste (voir tinyurl.com/6r4fsu et tinyurl.com/d95pa9)
Et c’est très efficace (voir tinyurl.com/c44rvr)

Action SITA : imprimer, adresser, poster : la nouvelle façon d'avertir

Quoi mettre dans l’enveloppe ?

– Imprimer l’archive PDF pleine page ci-dessus.
Avec ça le destinataire va comprendre à propos de quoi on lui écrit.

Un timbre tarif « 20 grammes » de base permet d’envoyer au moins deux feuilles, vous pouvez donc rajouter une feuille à votre courrier (recto-verso, soit deux pages). Avec le verso libre de la feuille où vous avez imprimé le tract, cela fait donc trois pages disponibles sur lesquelles expliquer pourquoi il ne faut pas construire de mosquées.

Si vous croyez encore que le style Bisounours peut avoir une influence sur ces deux collabos endurcis, imprimer sur ces trois pages l’argumentaire Construction de mosquées : pourquoi il faut dire NON, https://sitamnesty.files.wordpress.com/2009/03/argumentaire-pour-les-maires_construction-de-mosquees-pourquoi-il-faut-dire-non.pdf.

Si vous ne croyez plus à l’efficacité du style Bisounours et voulez faire brutalement simple, aller sur cette page, et cliquer sur le lien d’archive+ Une page situé sous la photo en noir et blanc tout au bas de la page.
Imprimer cette archive+ d’une page, au choix soit au verso de l’article soit sur une feuille complémentaire.

Qui sont les destinataires ?

Alain Juppé, maire de Bordeaux et Philippe Courtois, directeur d’Euratlantique (parti à la retraite)

L’adresse postale publique d’Alain Juppé maire de Bordeaux est celle de la mairie. Elle se trouve sur la page tinyurl.com/nboseb

L’adresse postale publique de Philippe Courtois, directeur d’Euratlantique, se trouve sur la page « Contact » du site bordeaux-euratlantique.fr

Mettre la (ou les deux) feuille(s) dans une enveloppe, écrire le nom et l’adresse du destinataire, timbrer et poster.

Voilà, ce n’est pas plus compliqué que ça d’avertir des collabos qu’ils ne doivent pas se rendre responsables et coupables de certaines erreurs à ne surtout pas commettre. Ils ne pourront pas dire qu’ils ne savaient pas…

Vous avez une enveloppe ? Un timbre ?
Alors vous avez le……… P O U V O I R ……
… de dire son fait à toute personne publique.

Toutes les actions contre le projet d’Alain Juppé
de construire une grande mosquée à Bordeaux

2 commentaires »

  1. A reblogué ceci sur L'horreur islamique.

    Commentaire par reciprocitylaws — samedi 6 avril 2013 @ 20:41

  2. […] l'homme de la grande mosquée de Bordeaux […]

    Ping par Au secours, Sarko revient ! | CatInfor.com — dimanche 15 décembre 2013 @ 22:05


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :