SITAmnesty

mercredi 1 août 2018

Des livres pour les aoûtiens…

Filed under: Interlude — sitamnesty @ 01:41

un livre pour l'été

Les derniers ouvrages d’Hervé Jaubert

Livre d'Hervé Jaubert - Evadé de dubaï - Première de couvertureLivre d'Hervé Jaubert : Comment contredire un musulman - Première de couvertureLivre d'Hervé Jaubert : Misère sexuelle des musulmans et violence - Première de couverture

Evadé de Dubaï
Livre d'Hervé Jaubert - Evadé de dubaï - Première de couvertureLivre d'Hervé Jaubert - Evadé de dubaï - Quatrième de couverture

Note de l’auteur :
Ce livre est basé sur des faits réels : certains noms ont été changés pour protéger la vie privée des personnes associées à ces faits.
La fixation matérielle de l’oeuvre par tous procédés permettant de la communiquer au public de manière indirecte, et notamment par photocopie, imprimerie, dessin, photographie, enregistrement mécanique, électronique, magnétique ou cinématographique sont interdits sans l’autorisation expresse de l’auteur.
Rien dans ce livre ne constitue ou n’a pour objet de donner des conseils. Le lecteur assume son entière responsabilité à la lecture de cet ouvrage et à l’usage des informations qui y sont contenues. L’auteur ou l’éditeur ne sont responsables en aucune manière, directe ou indirecte, des conséquences qui pourraient survenir à la suite de la publication de ces informations.
Pour commander des copies supplémentaires, contactez l’auteur par courriel :
contact pour hervé jaubert
ISBN-13: 9781484865637

TABLE DES MATIÈRES
Ma vie d’espion — Page 10
Nouvelle opportunité — Page 20
Exomos — Page 50
Chaos — Page 67
La trahison — Page 85
Mon Plan — Page 144
Acquisition du matériel — Page 176
L’évasion — Page 186
La Traversée — Page 121
Le Retour — Page 240
Dubaï, la Fraude — Page 243
Le chef de l’Etat. un despote en habit de prince — Page 248
La Culture émiratie : inexistante — Page 256
Ségrégation- Dubaï, une Cité cosmopolite ? — Page 262
Égalité. La Femme égale de l’homme ? — Page 265
Les constructions, une catastrophe — Page 276
L’environnement ? C’est bon pour les autres — Page 280
Les hôtels ? Un mirage — Page 287
La Santé ? Dubaï est un risque. — Page 288
Logement ? Dantesque — Page 294
Visas et titres de séjours ? Un sursis permanent — Page 295
L’immobilier à Dubaï. L’arnaque — Page 298
Conduire à Dubaï, discrimination et mort. — Page 309
Bouffes à Dubaï ? Délicieux et importé — Page 319
La vie nocturne ? Mesurée et sous surveillance — Page 320
La plage ? Casses-toi tu pues et marche à l’ombre — Page 327
Nautisme ? La frime. — Page 329
Shopping ? Lèche-vitrine. — Page 331
État policier — Page 333
Censure — Page 338
Hypocrisie ? Inégalée — Page 346
Peur et dénégation — Page 358
Publication — Page 360
Conclusion — Page 367

Préface
En 2006, les articles de presse peignaient Dubaï comme le nouveau Monte-Carlo et le nouvel eldorado pour devenir riche et célèbre. À la différence de ses voisins Riyad et Téhéran, Dubaï affichait paillettes et tapis rouges. La Cité État s’exposait devant le monde entier avec des images de constructions grandioses, de plages immaculées de sables blonds et de modes de vie extrêmes pour nouveaux riches. Dubaï se présentait comme une Cité, sûre, progressive et cosmopolite, ouverte et libérale, tout en maintenant une tradition moyenne orientale. Cette ville moderne qui s’étendait entre le Golf Persique et le désert attirait, investisseurs, vedettes et politiciens du monde entier. Dubaï était souvent sous-titrée « La Cité de l’Or ». Dubaï se vantait d’avoir associé ses paysages désertiques et ses hôtels palataux à la culture occidentale, pour créer les Milles et une Nuit des temps modernes. Qui n’aurait pas voulu vivre là-bas? Et surtout pourquoi diable quelqu’un voudrait-il s’échapper d’un tel paradis?
Quand mon livre est sorti, beaucoup de gens pensaient que j’exagérais ou même que je mentais. Trois ans après, mes écrits s’avérèrent prémonitoires et se voyaient confirmés à chaque fois qu’un nouveau scandale était exposé dans la presse.
La vérité, c’est que pour attirer les touristes et les investisseurs, le chef de l’état de Dubaï, propriétaire du Gouvernement et de la ville, a utilisé l’argent d’ investisseurs pour fabriquer une fausse image de Dubaï pour attirer encore plus d’investisseurs, comme dans la vente pyramidale. Les articles de presse favorables à Dubaï et à son développement étaient préparés par des experts et consultants achetés et corrompus. Les journalistes et médias étaient contraints à l’auto censure sous la menace d’expulsion ou d’emprisonnement. Il leur était donné le choix d’écrire des articles favorables et de gagner de l’argent ou d’être mis à l’amende et jeté en prison au motif de propager des informations défavorables sur la famille royale ou sur les Émirats. Et aujourd’hui, après tout cet étalage de prétendues richesses, Dubaï n’est même pas capable de rembourser ses dettes. Initialement, Dubaï a emprunté pour fabriquer une façade. Cette façade a été utilisée pour emprunter encore plus, et pour maintenir son train de vie. Dubaï s’est mis à vendre des illusions. Et depuis, Dubaï ne fait qu’emprunter à Paul pour payer une fraction de ce qu’elle doit à Jacques. Les créditeurs se taisent pour éviter de tout perdre, préoccupés de pouvoir trouver de nouveaux créditeurs naïfs pour leur refiler leurs biens surévalués.
Les étrangers, expatriés, ont déraciné leurs familles pour aller s’installer et travailler à Dubaï, beaucoup réalisent plus tard qu’ils ont été spoliés de leurs biens, de leur argent ou de leur propriété intellectuelle. Personne ne vous dira la vérité, pas même les spoliés, car ils essayent de se refaire sur les nouveaux arrivant tous frais de leurs espoirs de faire fortune et de bâtir une vie meilleure. Éventuellement, après avoir contribué à la construction du petit royaume, les expatriés réalisent qu’ils se sont fait avoir et qu’ils sont devenus les denrées périmées de Cheikh Mohammed ben Rashid al-Maktoum, le dictateur de Dubaï et auto proclamé Prince.
Depuis mon évasion, Dubaï s’est retrouvé à la une des journaux, incapable de faire face à ses échéances bancaires, incapables de rembourser près de 50 milliards de dettes arrivées à ternie. L’immobilier s’est effondré, ruinant ou jetant en prison ceux qui avaient investi là-bas. Le miroir aux alouettes s’est brisé, la famille régnante a les plus grandes difficultés de faire croire au monde que son économie pourra redémarrer. Petit à petit, la vérité se fait jour et je suis fier d’en être l’un de ses instruments.
 
Évadé de Dubaï est basé sur les événements réels qui me sont arrivés entre 2004 et le printemps 2011. Mon histoire vous dira pourquoi je me suis évadé de Dubaï. Elle éclaire sous un nouveau jour la vraie nature de Dubaï, où corruption, hypocrisie et cupidité sont les instruments utilisés par le pouvoir pour leurrer les touristes, exploiter les employés et voler les investisseurs. J’explique comment je suis passé de bien au pire, et de reconnu à bouc émissaire; comment je suis passé du ciel bleu à la grisaille, puis à l’orage en l’espace de 4 ans. Mon histoire peut également servir d’avertissement à tous ceux qui envisagent de s’installer là-bas ou de s’y rendre pour des vacances.
En 2004, je fus invité de m’installer à Dubaï par Sultan Ben Sulayem, président de Dubaï World, pour y créer et diriger une entreprise. Et pas n’importe quelle entreprise, une usine de mini sous-marins. Dubaï World était l’un des plus grands conglomérats des Emirats, aujourd’hui au bord de la faillite et incapable de finir ses projets. J’ai été embauché pour concevoir et construire des sous-marins et des bateaux de tous types. Mais après seulement dix-huit mois, je suis devenu un bouc émissaire et victime d’extorsion et de menaces policières. Le gouvernement mafieux de Dubaï avait lâché une armée d’auditeurs et de flics après moi.
Ma condition physique et mentale assortie de l’expérience que j’avais développée pendant mes années au sein des services de renseignement m’a aidé à me sortir du piège mortel dans lequel je m’étais retrouvé.
Des centaines d’autres personnes sont assignées à résidence ou retenues prisonnières dans les cachots des Émirats, accusées des mêmes crimes, sans passeport, sans ressources, et ne sachant comment s’en sortir. Ils sont retenus en otages, jusqu’à ce que les Émiratis obtiennent ce qu’ils veulent d’eux, que ce soit de l’argent, des confessions ou des faux témoignages pour impliquer d’autres victimes.
Dans le but de sauver ma famille et moi-même, j’ai dû élaborer un plan digne d’un film d’espionnage, pour ce qui allait devenir l’évasion de ma vie. J’ai réussi, et je suis là pour le raconter. J’expose par la même la tromperie du cliché Dubaï, trop beau pour être vrai, aux voitures luxueuses, aux hôtels 7 étoiles, aux pentes de ski artificielles et aux plages exclusives. J’explique la supercherie derrière les façades de cette ville construite grâce à un esclavage des temps modernes.
C’est une histoire que le gouvernent de Dubaï et la famille royale a essayée d’étouffer en me poursuivant en justice, d’abord à Dubaï, puis aux États-Unis. Parce qu’une fois que vous saurez ce qui se cache en coulisse vous réfléchirez à deux fois avant de vous rendre là-bas.
Je vous invite maintenant à lire l’histoire de mon évasion et à apprendre la vérité sur Dubaï.

Comment contredire un musulman
Livre d'Hervé Jaubert : Comment contredire un musulman - Première de couvertureLivre d'Hervé Jaubert : Comment contredire un musulman - Quatrième de couverture

Une synthèse en 50 pages et 20 questions pour confondre les musulmans face à leurs mensonges et démontrer le caractère violent et discriminatoire de l’Islam. Tous les arguments irréfutables pour remettre à leur place les musulmans et ceux qui les défendent.
Les non musulmans, qui ne sont pas experts en islam et qui n’ont pas lu le coran, sont facilement trompés par les messages corrompus des médias.
Comment les gens peuvent-ils savoir sur quel verset se baser s’ils n’ont pas lu le Coran ?
Quelle est la part de vérité et de désinformation ?
Qu’est-ce qui est islamique et qu’est-ce qui ne l’est pas ?
Y a t’il un Islam modéré, l’Islam est il un problème ?
Autant de questions auxquelles l’auteur répond dans cette synthèse, avec 20 questions piège à retourner aux musulmans et à leurs défenseurs pour les contredire et révéler leurs faux arguments. Les questions étant très déstabilisantes, ce ne sont pas seulement les réponses qui sont révélatrices mais les réactions émotionnelle et les comportements. Ces questions sont taillées pour réellement faire sortir un musulman de ses retranchements, pour exposer ses véritables intentions et ce qu’il pense de nous et de l’islam. Le test est imparable : même en présence d’un menteur, les questions révèlent si c’est un islamiste.

Misère sexuelle des musulmans
et violence

Livre d'Hervé Jaubert : Misère sexuelle des musulmans et violence - Première de couvertureLivre d'Hervé Jaubert : Misère sexuelle des musulmans et violence - Quatrième de couverture

Hervé Jaubert est un ingénieur et ancien agent secret qui a vécu plus de 15 ans au Moyen Orient. Auteur de plusieurs livres et familier avec la culture islamique il aborde un sujet volontairement ignoré et censuré : la relation entre la misère sexuelle des musulmans et la violence. Les musulmans considèrent qu’il s’agit là d’un sujet qui ne peut-être abordé car relevant du domaine du privé et de l’intime. Hervé Jaubert démontre à partir des textes islamiques et de faits irréfutables comment la violence et le terrorisme islamique ont pour origine le manque sexuel des musulmans, qui résulte de la répression sexuelle dans l’Islam. Les agressions sexuelles contre les femmes place Tahrir au Caire, en Suède et à Cologne, ont exposé l’énorme paradoxe du sexe dans l’Islam et le rapport pathologique de cette religion avec les femmes. Ces évènements ont également démontré que les médias et les autorités tentent systématiquement de dissimuler l’origine musulmane des agresseurs et que ce n’est que grâce a des moyens d’information alternatif et des réseaux sociaux que le vérité est exposée.

INTRODUCTION
Peu d’auteurs ont essayé d’établir un lien de cause à effet entre la violence islamique et le manque sexuel. Il y a des études sur les comportements sexuels des tueurs en série et sur les effets du manque sexuel par exemple, mais rien concernant les musulmans.
Les émeutes de réfugiés à Cologne, où des centaines de musulmans ont agressé sexuellement des femmes, ont prouvé au contraire que les autorités font tout pour cacher la violence islamique. La police et les médias ont tenté délibérément de dissimuler le fait que les « réfugiés » musulmans-envahisseurs étaient les seuls responsables des violences en bandes sur les femmes. Ce n’est que grâce à des moyens d’information alternatifs et des réseaux sociaux que la conspiration a été dévoilée et la vérité exposée.
L’auto censure, le politiquement correcte, la peur de poursuites judiciaires pour haine raciale ou tout simplement la peur de représailles sont des raisons particulièrement dissuasives pour empêcher quiconque d’écrire quoi que ce soit de critique sur l’islam et les musulmans.

Après avoir effectué une recherche sur le sujet, j’ai réalisé que les auteurs qui niaient ou simplement doutaient de la relation : manque sexuel-musulman-violence, avaient un parti pris. Étant plutôt favorable à l’islam dans d’autres ouvrages, il n’y avait aucune chance qu’ils pourraient écrire quoi que ce soit de négatif sur les musulmans.
La peur d’être traité d’islamophobe ou de raciste limite également la diffusion d’informations, mêmes quand elles sont objectives et vérifiées. Il y a de nos jours une attitude complètement désespérée de la part de la presse et du gouvernement d’excuser et blanchir systématiquement les musulmans quand ils commettent des agressions. Il y a même des officiels qui déclarent qu’effectuer des études sur une « branche » particulière de la population, sous-entendu les musulmans, augmente le risque d’attentats terroristes. C’est suicidaire, non seulement les médias et le pouvoir font tout pour cacher l’origine islamique des terroristes, mais en plus ils veulent empêcher le profilage des musulmans qui permet de dépister les islamistes avant qu’ils ne lancent une attaque.
On ne peut critiquer l’islam aujourd’hui sans être accusé d’islamophobie. Ce mot a été inventé par les Frères Musulmans; une organisation terroriste ; pour cataloguer, dénigrer, et désavouer ceux qui critiquent l’islam dans le but de les réduire au silence. Étymologiquement, le mot veut dire « peur de l’islam », cependant le mot est utilisé pour stigmatiser une attitude haineuse ou discriminatoire envers les musulmans et l’islam. En fait, l’islamophobie n’est qu’une attitude tout à fait normale face à une idéologie qui se manifeste par la violence et la discrimination. L’imposture est de systématiquement nier ou excuser la violence islamique. Cette démarche stalinienne, appelée « islamopologie », consiste à démentir systématiquement la violence islamique, ou de l’excuser quand elle est prouvée. Et quelle meilleure preuve d’islamopologie que la censure même du mot. Alors que le mot « islamo-phobie » : la contraction d’islam et phobie, est reconnu, le mot « islamo-pologie » : la contraction d’islam et apologie, ne l’est pas et ne se trouve dans aucun dictionnaire, Wikipedia refuse même de l’enregistrer.
Compte tenu de la nature meurtrière et discriminatoire de l’islam, les musulmans n’ont pas d’arguments pour se défendre, c’est pourquoi ils utilisent le prétexte de l’islamophobie pour rejeter les débats en prétendant que ceux qui les critiquent sont motivés par la haine et la discrimination.
On arrive même au comble de l’absurde quand les islamologues déclarent que dire la vérité sur l’islam est islamophobe à cause des répercussions qui peuvent provoquer la haine contre les musulmans.
Il est important de parler du manque sexuel des musulmans parce que c’est un sujet volontairement ignoré et parce qu’il expose l’une des raisons principales de la violence des musulmans et du malaise dans les pays arabes. II est d’autant plus dérangeant d’en parler du fait qu’il n’y a pas d’autres solutions pour supprimer les frustrations sexuelles des musulmans, que de bannir l’islam.
Dans ce livre, je me suis basé sur des faits incontestables, sur des actions de cause à effet, sur mon expérience personnelle, et sur le Coran et les Hadiths.
Je m’attends à des réactions outragées, aux critiques et des appels à la censure de mon livre. Les musulmans bien sûr, mais aussi les mondialistes qui veulent nous imposer leur multiculturalisme, ne manqueront pas de m’insulter et de me traiter de raciste, comme si l’islam était une race.
Les islamopologistes font plus d’effort pour attaquer les critiques de l’islam que de dénoncer les islamistes eux-mêmes. Us se réunissent pour dénoncer « l’islamophobie », ils manifestent dans les rues, lancent des appels pour criminaliser la critique de l’islam. Mais où sont les manifestations contre le terrorisme islamique ?
Tous les musulmans ne sont pas des névrosés sexuels bien sûr. Les rares qui ne le sont pas tenteront d’opposer mes arguments en essayant de faire passer leur minorité pour une majorité. Mais les chiffres et les statistiques parlent d’eux-mêmes comme je le montre dans les pages qui suivent.
J’ai parcouru des blogs, j’ai visité des forums, lu et écouté des témoignages de femmes et d’hommes, j’ai recherché des ouvrages de littérature érotique musulmans. Tous les écrits et discussions qui parlent d’une sexualité où les couples s’expriment librement ne reflètent qu’une infime portion du milliard et demi de musulmans dans le monde. Je n’y ait rien trouvé qui pouvait contredire ou même mitiger mes conclusions. Quand des musulmans sont sexuels, épanouis et qu’ils pratiquent toutes les positions de l’amour comme nous le faisons et sans restrictions, ils font partie d’une classe privilégiée, cultivée et ouverte à l’érotisme, mais microscopiquement minoritaire à côté de la multitude de frustrés.
Les musulmans n’auraient pas à crier au blasphème sur un sujet tabou qui porte atteinte à l’intimité de leur vie privée, s’ils n’avaient pas au sein de leurs communautés des refoulés sexuels prêts à se faire exploser au milieu de personnes innocentes.
Il n’y aurait pas d’islamophobie si l’islam n’était pas une idéologie diabolique cherchant à imposer par la force ses principes barbares et moyenâgeux.
L’objet de ce livre est de démontrer que les musulmans sont des névrosés sexuels, qu’ils le sont à cause de l’islam et que la violence islamique en résulte.

Un commentaire »

  1. […] Des livres pour les aoûtiens… […]

    Ping par Francaisdefrance's Blog — mercredi 1 août 2018 @ 23:12


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :