SITAmnesty

lundi 6 février 2017

« Baïonnette au canon ! » pour les soldats de l’opération Sentinelle

Cet article restera mis en avant jusqu’à ce que les militaires de
l’opération Sentinelle soient dotés de leur baïonnette FAMAS

soldat français équipé d'un fusil FAMAS et de sa baïonnette au canonLongueurs comparées : FAMAS avec baïonnette au canon / machette de 60 cm à lame de 45 cm - Bouts touchants / baïonnette enfoncéeAttaque à la machette de militaires au Louvre: le film des événements

Un individu porteur d’armes blanches s’est attaqué à quatre militaires de l’opération sentinelle au Carrousel du musée du Louvre. Ils ont ouvert le feu sur l’assaillant dont le pronostic vital est engagé.

Il est aux alentours de 10 heures ce vendredi lorsqu’une patrouille de quatre militaires de l’opération Sentinelle croise le chemin d’un homme armé. Il se trouve dans l’escalier qui descend du Carrousel vers l’entrée du musée du Louvre. L’individu porteur de plusieurs armes blanches, dont au moins une machette selon les premiers éléments de l’enquête, s’avance vers eux en criant « Allah Akbar ».

« Dans un premier temps, les militaires ont tenté de repousser l’individu en ‘close combat’ [à mains nues]. N’arrivant pas à le maîtriser, ils ont ouvert le feu », explique le colonel Brulon, porte-parole de l’opération Sentinelle. Cinq tirs retentissent.

Un soldat « aguerri » légèrement blessé

Grièvement blessé à l’abdomen, l’assaillant (more…)

dimanche 29 juillet 2012

Premier record olympique pulvérisé : le nombre de voilées au défilé !

Cet article restera mis en avant durant tous les jeux olympiques de Londres 2012

Musulmane voilée brandissant le drapeau olympique islamisé (drapeau olympique mais dont tous les anneaux sont verts)riPOSTE SITA n°261 - Une action SITA basée sur un article de Riposte LaïqueChantal Crabère, ancienne professeur d’éducation physique, faisait part de son indignation devant la capitulation occidentale face à ce qu’elle appelait le tchador sportif. J’imagine que la cérémonie d’inauguration des JO de Londres, suivie du défilé des athlètes, a dû lui confirmer l’ampleur du désastre. Ainsi, hier, nous avons des voiles islamiques dans les délégations des pays suivants : Palestine, Erythrée, Qatar, Somalie, Bruneï, Djibouti, Sultanat d’Oman, Timor, Egypte, Iran, Yemen, Soudan, Lybie, Arabie Saoudite (qui en plus ont dû venir avec un accompagnant). Il y a quatre ans, à Pekin, nous avions vu une sprinteuse du Barhein, couverte de partout, arriver en demi-finale du 200 mètres. Cette année, une judoka d’Arabie saoudite veut combattre voilée. Combien d’autres provocations, et recherche d’épreuves de forces, allons-nous constater ? Des féministes  réclamaient, à juste titre, des délégations mixtes, pour les JO : elles ont obtenues l’introduction du voile !

Femmes voilées iraniennes défilant aux jeux olympiques de Londres 2012

Les pétrodollars et l’argent-roi font donc la loi aux Jeux Olympiques, comme l’a montré, symboliquement, le fait qu’on a laissé Lakshmi, Mittal, PDG milliardaire d’Arcelor-Mittal porter la flamme olympique ! Bien évidemment, qui dit pétrodollars dit islam, et qui dit islam dit charia, donc voile islamique. Certes, l’article 51 de la charte olympique précise : qu’ »aucune sorte de démonstration ou de propagande politique, religieuse ou raciale n’est autorisée dans un lieu, site ou autre emplacement olympique« . Nul n’a oublié qu’au nom de ce principe, les athlètes noirs américains Tommy Smith et John Carlos, qui avaient levé le poing, sur le podium, en 1968, à Mexico, avaient été déclassés, et chassés du village olympique. Mais le poids économique des émirats du Golfe, ajouté à la dhimmitude des instances internationales sportives (n’oublions pas que la Fédération internationale de football a autorisé le voile dans les compétitions internationales) font qu’on remplace le mot religieux par (…)

(more…)

lundi 31 août 2009

Le chemin de croix d’un entrepreneur français à Dubaï

Filed under: Dubaï,Interlude — sitamnesty @ 13:19

hervé jaubert - Le chemin de croix d'un entrepreneur français à Dubaï - Article Capital Septembre 2009

Cet officier reconverti dans les sous-marins de loisir avait décroché un joli contrat dans l’Emirat. Trahi par son partenaire, il a échappé de peu aux geôles locales.

Le gros pépin, Hervé Jaubert s’attendait à le rencontrer un jour. Mais en Afrique, au Liban ou sur l’un des autres points chauds où cet ancien agent de la DGSE a enchaîné les missions pendant quinze ans. Contre toute attente, c’est à Dubaï que notre homme, reconverti en entrepreneur, a connu son aventure la plus rocambolesque.

«J’ai connu l’enfer», confie cet ex-officier de marine, aujourd’hui installé en Floride. Les relations avec son partenaire local ont commencé par se dégrader doucement. Ensuite, cela a viré au roman d’espionnage : harcèlement, interrogatoires policiers musclés, confiscation de son passeport… Jaubert a fini par s’enfuir par la mer à l’été 2008. Une bonne idée car, en juin dernier, la cour criminelle de Dubaï l’a condamné par contumace à cinq ans de prison et à près de 3 millions d’euros d’amende. «Sans la moindre preuve de malversation», se défend le Français, décidé à ne plus jamais mettre les pieds dans l’Emirat.

hervé jaubert à côté de l'un de ses sous-marins construits par sa société ExomosC’est pourtant plein d’enthousiasme qu’il s’y était installé, il y a cinq ans. Spécialiste de la conception de petits sous-marins touristiques, loués à des hôtels locaux, il avait reçu en 2004 la visite du Sultan Bin Sulayem. Ce puissant patron de Dubaï World, un conglomérat d’Etat en charge des grands projets, lui avait proposé de venir fabriquer sa gamme de submersibles dans l’Emirat. Tope-là !Fruit de ce partenariat, la société Exomos a été créée en 2005.
Dirigeant salarié, Hervé Jaubert n’en était pas actionnaire, mais il bénéficiait d’un intéressement de 20% sur les bénéfices. Lesquels ne sont jamais venus. Après plusieurs prototypes testés avec succès, les premières commandes sont arrivées, mais l’industrialisation a pris du retard. Essentiellement, selon Hervé Jaubert, à cause de l’incompétence d’une grande partie des 250 employés asiatiques, recrutés par la maison mère.

Début 2007, un banquier, croisé dans un cocktail, lui confie que Dubaï World connaît de graves difficultés financières. Inquiétant, d’autant que Jaubert, à cette époque, ne parvient plus à rencontrer Bin Sulayem (qui n’a pas souhaité répondre à Capital). En revanche, des auditeurs locaux débarquent régulièrement pour passer sa comptabilité au tamis. «Ils cherchaient n’importe quoi pour me coincer. Par exemple, ils inventaient des équipements manquants dans l’inventaire.» L’affaire se corse quand le patron français est convoqué par la police. «Ils m’ont accusé d’être un mercenaire et m’ont menacé de tortures avec des aiguilles si je ne signais pas une confession.» Relâché sans son passeport, Jaubert a ensuite été licencié. Mais, au lieu des indemnités prévues par son contrat de cinq ans, il s’est vu réclamer plusieurs millions de dollars. Pour «détournements».

Harcelé par ses associés, il fuit en se déguisant puis en nageant. Privé de son passeport et menacé de prison, Hervé Jaubert a décidé de quitter Dubaï en bateau. Pour rejoindre celui-ci, il cache sa tenue de nageur de combat sous le voile local.Harcelé par ses associés, il fuit en se déguisant puis en nageant.
Privé de son passeport et menacé de prison, Hervé Jaubert a décidé de quitter Dubaï en bateau. Pour rejoindre celui-ci, il cache sa tenue de nageur de combat sous le voile local.

Coincé, l’ex-officier de marine a alors décidé de prendre le large. Préparant tout minutieusement. Il a acheté un canot pneumatique, s’est fait envoyer son équipement de nageur de combat et a embarqué d’une plage déserte, après avoir saboté une vedette de gardes-côtes. En dehors des eaux territoriales, un ami l’attendait sur un petit voilier. Cap sur Bombay, atteint en huit jours. Et dire qu’il construisait des sous-marins…

Olivier Drouin
[Magazine Capital, septembre 2009]

Pour en savoir plus, le site d’Hervé Jaubert :

Herve Jaubert - Escape from Dubaï
www.escapefromdubai.com

jeudi 7 mai 2009

Dubaï et mirages arabes unis

Filed under: Dubaï,Interlude — sitamnesty @ 02:34

vue aérienne de Dubaï

L’engouement des Français pour les Emirats arabes unis, et notamment Dubaï, ne se dément pas, notamment chez toute une génération issue de l’immigration maghrébine. La loi de 2002, promulguée par le sheikh Al-Maktoum, vice-président des Émirats arabes unis et actuel émir de Dubaï, qui autorise un étranger à faire l’acquisition d’un bien immobilier à Dubaï, a permis à nombre de Français d’investir dans les Emirats.

Dubaï immobilier Dubaimmo

Implantée à Paris et aux Emirats Arabes Unis, Dubaimmo, agence spécialisée en conseil et investissement dans les régions de Dubaï et Ajman, participe à ce développement en accompagnant les acheteurs français à acquérir un bien. En pleine expansion, Dubaimmo recherche pour son développement des autoentrepreneurs qualifiés dans toute la France. Ce que Dubaimmo recherche avant tout ce sont des autoentrepreneurs motivés qui se distinguent par leur esprit d’initiative, leur ambition, leur dynamisme et leur énergie. Les postes à pourvoir concernent des commerciaux et des téléprospecteurs. Voir ci-après pour le détail

Choisis la pilule bleue et tout s’arrête,
après tu pourras faire de beaux rêves et penser ce que tu veux.

 

Matrix, pilule rouge, pour faire face à la (désagréable) réalité   Matrix, pilule bleue, pour continuer à rêver

 

Choisis la pilule rouge: tu restes au Pays des Merveilles
et on descend avec le lapin blanc au fond du gouffre.