SITAmnesty

mercredi 25 octobre 2017

25 octobre 732 : Bataille de Poitiers. Lettre postale ouverte à…

pdf : diffuser, imprimer, poster, aux adresses indiquées

Panneau tourisitique autoroute : Bataille d'Alésia - Et pourquoi n'y en a t-il pas un pour la bataille de Poitiers ?!

Région Nouvelle Aquitaine à Poitiers
Adresse postale : nouvelle-aquitaine.fr/contactez-nous

Ministère de l’Education Nationale
Adresse postale : education.gouv.fr/cid2559/page-contacts.html

Ministère de la Culture
Adresse postale : culturecommunication.gouv.fr/Nous-contacter

VINCI autoroutes
Adresse postale : vinci-autoroutes.com/fr/aide/contact

Madame, monsieur,

Je me permets de vous interpeller sur un problème d’une gravité extrême puisqu’il s’agit d’un cas de discrimination qui concerne autant l’enseignement que la culture et ce par le biais de la signalisation des lieux remarquables en ce domaine, dont les sociétés gestionnaires d’autoroutes se font le relais le long des milliers de kilomètres qui traversent notre beau pays.

En effet, j’accorde beaucoup d’attention aux nombreux panneaux autoroutiers signalant les immenses richesses patrimoniales françaises, qu’elles soient naturelles, archéologiques, architecturales ou historiques. Et parmi ces dernières, les champs de batailles, où nos ancêtres furent victorieux (parfois l’inverse mais les indications sont alors plus rares).

Circulant donc sur l’Autoroute A10, l’Aquitaine, dans le sens Paris-Bordeaux, je m’attendais à trouver, après la sortie 27 au sud de Châtellerault, au niveau de Vouneuil-sur-Vienne (lieu-dit précisément nommé « Moussais-la-Bataille »), un panneau signalant la Bataille de Poitiers, pour rappeler cet événement qui eut lieu en 732. Et j’imaginais, comme c’est le cas pour les autres batailles, une image symbole, par exemple une (Lire la suite…)

dimanche 16 juillet 2017

La bataille de Las Navas de Tolosa (16 juillet 1212)

Filed under: Estoc & Taille,Passé présent,Résistance — sitamnesty @ 01:23

Las Navas de Tolosa. Dessin de Guy SajerÀ cinq kilomètres de Santa Elena, le village situé le plus au nord dans la province de Jaen, non loin du défilé de Despenaperros, on trouve un site où les restes d’armes anciennes sont si abondants que, des siècles durant, ils ont servi aux paysans d’alentour pour récupérer le fer nécessaire à la fabrication de leurs outils agricoles. Il s’agit du lieu où fut livrée, il y a bientôt huit siècles, la bataille de Las Navas de Tolosa. Elle fut l’aboutissement d’une longue histoire, celle de la Reconquista entamée dès le VIIIe siècle, quelques années seulement après la conquête musulmane de l’Hispania wisigothique, quand quelques résistants repliés dans les Monts Cantabriques firent subir en 722, à Covadonga, un premier échec à l’envahisseur.

C’est dans les régions montagneuses et forestières de l’Espagne du Nord-Ouest que survécurent des communautés chrétiennes demeurées attachées à la défense de leurs libertés et de leur indépendance alors que, dans le reste de la péninsule, la grande masse des chrétiens « mozarabes », réduits au (Lire la suite…)

jeudi 6 juillet 2017

AUX ARMES, CALAISIENS ! de la route de Gravelines

Timbre aux armes légales citoyens - frankistan - 0,85€Blason de la ville de Calais, Pas-de-Calais (62) - Futur califat islamique musulmanCalais (62) : violentes rixes entre migrants envahisseurs mahométans dans un quartier résidentiel

Une énorme rixe a éclaté entre une centaine de migrants envahisseurs mahométans africains à Calais, faisant plusieurs blessés. Des images ont émergé sur les réseaux sociaux, témoignant du chaos de la scène. « Les rixes entre Éthiopiens et Érythréens ont commencé le 30 juin au soir dans le secteur de la zone des Dunes, avec plusieurs interventions de CRS pour les disperser », a déclaré le sous-préfet du Pas-de-Calais, Vincent Berton, ajoutant que deux groupes d’environ 50 personnes de chaque camp se sont opposés dans la zone où ont lieu les distributions de repas effectuées par les associations. Les affrontements ont repris le 1er juillet en début-d’après midi pour un motif inconnu.

La bataille en règle qui a opposé des migrants envahisseurs mahométans éthiopiens et érythréens le 1er juillet à Calais et fait 16 blessés dont un grave, a été en partie filmée par une habitante de la ville.

Sur les images qu’elle a diffusées sur son compte Facebook et qui ont depuis été partagées plus de 13 000 fois, des dizaines de migrants envahisseurs mahométans – certains armés de bâtons – courent dans la rue d’un quartier résidentiel de l’Est de Calais, dans une tension palpable. Puis ils se regroupent à l’angle de la route de Gravelines et du chemin des Communes et commencent à lancer des pierres et (more…)

jeudi 18 mai 2017

Deux nouvelles armes « carbone »

Filed under: Estoc & Taille — sitamnesty @ 14:45

Katana Ten Ryu

petit billet de 50 eurospetit billet de 20 eurospetit billet de 20 eurosMoins de 90 € :

Katana Samuraï Ten Ryu 1B – tinyurl.com/lmqoxke
Katana Samuraï à deux mains de TEN RYU, spécifiquement conçu pour déracailler

(Ten Ryu HAND FORGED SAMURAI SWORD MA-001B)
Lame à simple tranchant de 71.12 cm, en acier au carbone, épaisse de 7mm
Longueur totale de 104,14 cm. Manche à tressage sur imitation peau de raie
Garde (tsuba) décorée et ajourée
Livré avec fourreau en bois laqué (saya) + housse de transport tissu. Prix indicatif : (more…)

samedi 18 mars 2017

La baïonnette pour les soldats de l’opération Sentinelle !

Cet article restera mis en avant jusqu’à ce que les militaires de
l’opération Sentinelle soient dotés de leur baïonnette FAMAS

(more…)

lundi 6 février 2017

« Baïonnette au canon ! » pour les soldats de l’opération Sentinelle

Cet article restera mis en avant jusqu’à ce que les militaires de
l’opération Sentinelle soient dotés de leur baïonnette FAMAS

soldat français équipé d'un fusil FAMAS et de sa baïonnette au canonLongueurs comparées : FAMAS avec baïonnette au canon / machette de 60 cm à lame de 45 cm - Bouts touchants / baïonnette enfoncéeAttaque à la machette de militaires au Louvre: le film des événements

Un individu porteur d’armes blanches s’est attaqué à quatre militaires de l’opération sentinelle au Carrousel du musée du Louvre. Ils ont ouvert le feu sur l’assaillant dont le pronostic vital est engagé.

Il est aux alentours de 10 heures ce vendredi lorsqu’une patrouille de quatre militaires de l’opération Sentinelle croise le chemin d’un homme armé. Il se trouve dans l’escalier qui descend du Carrousel vers l’entrée du musée du Louvre. L’individu porteur de plusieurs armes blanches, dont au moins une machette selon les premiers éléments de l’enquête, s’avance vers eux en criant « Allah Akbar ».

« Dans un premier temps, les militaires ont tenté de repousser l’individu en ‘close combat’ [à mains nues]. N’arrivant pas à le maîtriser, ils ont ouvert le feu », explique le colonel Brulon, porte-parole de l’opération Sentinelle. Cinq tirs retentissent.

Un soldat « aguerri » légèrement blessé

Grièvement blessé à l’abdomen, l’assaillant (more…)

samedi 14 janvier 2017

Marseille : un lycéen djihadiste jugé devant le tribunal pour…

Etoile juive en tissu de type Cochonou (Vichy rouge)Trois machettes…enfants après sa tentative d’assassinat d’un prof juif.

Un an après avoir tenté d’assassiner à la machette un professeur juif à Marseille, un adolescent radicalisé se réclamant de l’organisation État islamique a été renvoyé pour cet acte antisémite devant le tribunal pour enfants.

L’attaque de Benjamin Amsellem, professeur dans une école confessionnelle, avait traumatisé la communauté juive de Marseille, et le conseil du président du consistoire local, suggérant par sécurité de ne plus porter la kippa dans la rue, avait fait polémique bien au-delà de la cité phocéenne.

Le 11 janvier 2016, Yusuf, 15 ans, l’avait agressé en pleine rue alors qu’il portait ce couvre chef.

M. Amsellem était parvenu à parer les coups avec la (…) (more…)

mardi 25 octobre 2016

25 octobre 732. Bataille de Poitiers

Filed under: (dés)intégration,Estoc & Taille,Passé présent,Résistance — sitamnesty @ 17:14

Cliquer pour agrandir 1600x1316 - Bataille de Poitiers Huile sur toile de Charles de Steuben (1837) Collection : Château de Versailles
Agrandir

Bataille de Poitiers
Reproduction d’une huile sur toile de Charles de Steuben (1837)
Collection : Château de Versailles

La bataille de Poitiers oppose le Royaume des francs et le duché d’Aquitaine au califat omeyyade. Charles Martel et ses hommes arrêtent une razzia arabe près de Poitiers. Cette victoire met un terme aux incursions musulmanes au nord des Pyrénées.

Même si la bataille elle-même est un événement militaire mineur, ses conséquences retentissent jusqu’à nos jours.  Cette victoire est évoquée comme le début de l’Europe comme civilisation et culture. Charles Martel a ainsi «sauvé l’Europe de l’islam».

Rapidement, les chroniqueurs chrétiens relatent la défaite des Maures et le décès de leur chef, Abd el-Rahmann. L’évocation de la bataille de Poitiers devient le prétexte pour exalter la mémoire de Charles Martel, père de Pépin le Bref et grand-père de Charlemagne.

Source : http://jemesouviens.biz/25-octobre-732-bataille-de-poitiers/

mercredi 19 octobre 2016

« Baïonnette au canon ! » pour les militaires de l’opération Sentinelle

soldat français équipé d'un fusil FAMAS et de sa baïonnette au canonLongueurs comparées : FAMAS avec baïonnette au canon / machette de 60 cm à lame de 45 cm - Bouts touchants / baïonnette enfoncéeSaint-Denis : un « déséquilibré » tente de désarmer un soldat Sentinelle

Ce mardi (18 octobre 2016) vers 16 h 45, à Saint-Denis, à côté du RER D, dans la rue de la Charronnerie, un homme a tenté de dérober l’arme d’un militaire qui patrouillait dans le cadre du dispositif Sentinelle. L’individu s’est rué sur le soldat et a cherché à s’emparer de son fusil d’assaut. « Il est parvenu à toucher l’arme et le militaire », précise une source militaire. Mais il n’est pas parvenu à arracher l’arme, un FAMAS, solidement sanglé et tenue des deux mains par le militaire.

Après sa tentative avortée, l’agresseur est resté à proximité. Tout en essayant de calmer cet homme très agité, les militaires ont appelé la police qui a interpellé le suspect. L’assaillant n’a pas proféré de menaces particulières. Pendant un temps, une rumeur avait circulé indiquant que l’agresseur était inscrit au fichier S. Il n’en est rien.

En revanche, il est apparu qu’il n’était pas en possession de toutes ses facultés mentales. Et pour cause, il s’agit d’une personne vulnérable, sous curatelle. Il a été placé en garde à vue au commissariat local. Les militaires ont porté plainte, « comme nous le faisons systématiquement lors de ce type d’incident », explique le colonel Benoit Brulon, porte-parole du (more…)

lundi 3 octobre 2016

Prévention de la violence : un maire collabo assommé

Filed under: collaboration,Estoc & Taille,Interlude,Résistance — sitamnesty @ 01:59

gourdin destiné à assommer les maires collabosAllemagne : un maire souhaitant accueillir des migrants [mais pas chez lui…] violemment agressé

Le maire de la ville d’Oersdorf, dans le nord de l’Allemagne, a été hospitalisé après avoir reçu un coup à l’arrière de la tête. Selon la police, l’agresseur reprochait à l’élu local de vouloir loger des migrants dans la ville [mais pas chez lui…].

Nouvelle affaire liée à la question migratoire en Allemagne : vendredi 30 septembre, le journal Bild a rapporté que le maire d’Oersdorf, Joachim Kebschull, partisan de l’accueil de réfugiés dans sa commune [mais pas chez lui…] , avait été frappé au moyen d’une matraque ou d’un bâton en bois alors qu’il se rendait à une réunion à la mairie. L’homme de 61 ans a perdu connaissance à cause du coup, à l’arrière du crâne, et a dû être transporté à l’hôpital.

L’agresseur a quant à lui fui à l’issu de l’attaque, et n’a pour l’instant pas été identifié. La police, toutefois, a conclu à un acte politique. [Ah bon ? Ne serait-ce pas plutôt tout simplement l’acte d’un déséquilibré n’ayant rien à voir avec le christianisme ?] Plus tôt dans la journée, l’élu municipal avait en effet reçu une lettre de menace, indiquant : « Celui qui ne veut pas entendre raison sera puni ». Une tentative d’intimidation qui venait s’ajouter à une série de menaces de morts visant le maire, en raison de son engagement en faveur de l’hébergement de migrants à Oersdorf [mais pas chez lui…] . Deux précédentes réunions sur ce sujet à la mairie de la ville avaient dû être annulées, rapporte le journal Bild, à cause de menaces de bombe.

L’agression s’inscrit dans un contexte de vives tensions liées à la crise migratoire, en Allemagne. L’accueil d’un million de migrants en 2015 a provoqué (…) (more…)

Page suivante »