SITAmnesty

Histoire vécue

Le « Complexe de Fatima ».

Laissez-moi vous conter une toute petite histoire…

J’avais 23 ou 24 ans, c’était en 1968 ou 69, à Binche, au Derby. J’étais un des premiers disk-jockeys de cette époque où les Rolling Stones, Beatles, Credence Clearwater et autres James Brown étaient à leur sommet.

Fatima – il s’agissait d’une jeune algérienne – faisait partie de celles qui trichaient sur leur âge pour entrer au dancing. Elle avait 17 ans, elle était fraîche et magnifique avec ses grands yeux et ses splendides cheveux noirs…

C’était un simple flirt, une liaison du genre « fleur bleue ». À cette époque, j’étais très attiré par la différence et nos conversations étaient plutôt orientées sur la connaissance de l’autre. D’autre part, je connaissais d’autres filles disons… plus averties, car vers 18 h, quand le dancing se remplissait, nous étions obligés d’inviter les moins de 18 ans à sortir.

Notez qu’à cette époque, filles et garçons du Maghreb n’avaient qu’une envie : vivre à l’occidentale, vivre notre vie. Vivre une sorte de « rêve américain » à l’européenne. Mais l’imprégnation culturelle – ce conditionnement – reste toujours bien plus forte que la raison chez les gens peu compliqués.

Ainsi, lors d’une conversation avec Fatima, troublé par une de ses remarques – j’ai oublié laquelle – j’ai lui ai avancé quelque chose comme ceci : « Mais ne trouves-tu pas que nous sommes très ouverts et généreux avec vous (les migrants) ? Tu habites une maison sociale, tu vas à l’école, ton père perçoit les allocations familiales, vous avez une bonne couverture sociale et vous ne devez rien faire en échange… »

Je n’ai pas pu terminer. Car du haut de ses 17 ans, Fatima a éclaté d’un rire sincère et candide…

Elle m’a dit :
« Mais Pierre, ce n’est pas vous qui voulez cela ! C’est Allah. Vous faites cela parce qu’ Allah le veut… »

Fin de l’histoire…

À ce moment même, j’ai su que j’étais confronté à quelque chose qui dépassait toute notre logique laïque ! Non pas la volonté d’Allah, mais la foi aveugle du musulman en son Dieu. J’ai perçu toute l’écrasante puissance de l’Islam, son pouvoir de persuasion, l’occultation de la logique que cette idéologie engendre.

Cette perception, cette compréhension de la pensée du musulman et de l’Islam n’ont fait que s’approfondir en moi d’année en année, jusqu’au jour où, pour savoir une fois pour toutes, j’ai lu le Coran.

Et là, je n’ai plus eu aucun doute…

Il faut savoir que, pour les musulmans, les versets du Coran ont été révélés à Mahomet par l’ange Gabriel. Les textes sont donc la pure parole d’Allah. Ils sont de Dieu. Cette affirmation implique un interdit définitif : on ne peut toucher à la parole de Dieu. Le Coran ne peut donc absolument pas évoluer ni être adapté, au contraire d’autres religions qui évoluent avec le temps.

Aujourd’hui, chez nous en occident, ce sont les descendants des immigrés musulmans de seconde et troisième génération, qui sont à la recherche d’une identité communautaire plus forte. Ils éprouvent une certaine nostalgie à l’égard d’un passé qui n’est pas le leur. Si cet état d’esprit s’allie au désœuvrement, alors tout devient possible. Ces nouveaux musulmans s’enfoncent dans un intégrisme aigu dans lequel ils n’entretiennent que ce qui leur convient…

Ceux qui croient en l’islam trouvent nos efforts à leur égard, normaux. Car ils sont sincèrement convaincu que nos actes nous sont dictés et imposés par leur Dieu. Nous sommes des infidèles, des mécréants, des damnés. Comme nous allons le voir plus loin, tout cela est écrit dans le Coran. Victime de ce conditionnement, le croyant musulman n’a que mépris pour le non-musulman.

À ses yeux, nous sommes les souchiens, les Belges, les Français de souche. Nous ne sommes que les valets damnés d’Allah. Et notre vie ne vaut RIEN à leurs yeux. Pour le musulman, tuer un chrétien, un juif, un mécréant, c’est s’assurer le paradis. Encore une fois : c’est écrit très clairement dans le Coran.

Le « Complexe de Fatima »

Cette attitude propre aux seuls musulmans, ce sentiment qu’ils ont de jouir d’un privilège absolu, élitiste et divin, ce sentiment de supériorité mêlé à l’acceptation de la soumission absolue à Allah, la certitude qu’il agit et reçoit du seul vœu d’Allah, qu’il est déresponsabilisé, je l’ai nommée plus tard « le Complexe de Fatima ». Car ce que Fatima m’a dit il y a plus de quarante ans en est la parfaite démonstration.
A des degrés divers, mais jamais au degré zéro, ce sentiment anime tous les musulmans.

La manifestation de ce complexe est un mental inébranlable. Casanova écrivait déjà à son époque « résolu comme un musulman ». C’est tellement vrai que l’islam, outre être une religion, est un mode de vie dicté par le Coran.

Le terme « islam » est le nom donné à la « religion musulmane ». Par définition, un islamiste n’est rien d’autre qu’un fidèle à la religion musulmane. C’est-à-dire un musulman.

L’islam impose la charia (loi coranique) et ses tribunaux islamiques. Il y en a déjà en Angleterre.

Cette religion est prisonnière de textes qui forment ses lois et qui ont été écrits d’après les affirmations d’un chamelier analphabète qui s’est dit visité par l’ange Gabriel, au 7ème siècle, dans un désert peuplé de pillards idolâtres.

2 commentaires »

  1. « Celui qui éteint une vie, éteint toute l’humanité » c’est ce qui est écrit dans le coran. [mensonge par omission. Citer ce verset est un grand classique chez les musulmans qui veulent manipuler les non-musulmans, voir l’explication détaillée par Occidentalis (archive pdf) et par France-Echos (archive pdf) ]
    Tuer est interdit ! un chrétien, un juif ou qui que ce soit.
    [là c’est un mensonge pur et simple, tout bien expliqué là (archive pdf)]
    Inutile de raconter n’importe quoi, les musulman nous emmerdent assez, il suffit de montrer la vérité.
    [C’est là que vous pouvez admirer la maîtrise absolue de l’art du mensonge et de la manipulation chez les musulmans : vous estimez que, je vous cite -les musulmans nous emmerdent assez- et que donc, si je comprend bien ce que vous voulez dire, il suffit de montrer leurs actes pour les discréditer, il n’est pas utile de mentir à propos du coran. Vos deux affirmations sur le coran, faites en toute bonne foi, sont pourtant… des mensonges qui font du coran un manuel de la vertu alors que c’est un manuel de la délinquance et du crime. Bref vous contribuez à propager la source du problème en croyant le combattre. On mesure ici le génie diabolique de l’islam…]

    Commentaire par French Powa — mercredi 25 mai 2011 @ 17:23

  2. c est un delire tout simplement
    [Excellent exemple de la technique musulmane classique face à une critique qui révèle un aspect de l’islam que les musulmans doivent absolument cacher aux non-musulmans : affirmer tout simplement que cette critique n’a aucun sens, est fausse, est un mensonge, provient d’un fou etc. sans se soucier d’apporter le moindre élément ou indice expliquant sur quoi on se fonde pour affirmer cela.]

    Commentaire par belhaj — jeudi 3 juillet 2014 @ 20:42


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :